Les Sénateurs échappent un point face aux Jets

Mathieu Perreault (85) marque un but.... (Photo Marc DesRosiers, USA TODAY Sports)

Agrandir

Mathieu Perreault (85) marque un but.

Photo Marc DesRosiers, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Les Sénateurs d'Ottawa voulaient emmagasiner le plus grand nombre de points possible, cette semaine. On leur offrait la chance de jouer sur leur patinoire quatre fois en six jours avant de mettre le cap sur l'Ouest canadien.

Eh bien, ils ne ramasseront pas tous les points qui étaient à leur portée. Ils en ont échappé un, samedi soir, dans un revers de 2-1 en tirs de barrage contre les Jets de Winnipeg.

Paul MacLean ne perdra pas de sommeil.

«En ce qui me concerne, un match nul, ce n'est pas une mauvaise chose. De nos jours, à la fin d'un match nul, on organise un concours d'habiletés. Nous avons simplement perdu ce concours», résume l'entraîneur-chef.

Le capitaine Erik Karlsson abonde dans le même sens. «Après trois matches, nous avons récolté cinq points. C'est loin d'être mauvais. Il nous reste notre quatrième match à jouer demain. Si nous pouvions nous en tirer avec sept points sur huit, ce serait encore mieux.»

Pour ce match contre les Jets, MacLean devait se passer de ses deux meilleurs ailiers droitiers. Alex Chiasson et Bobby Ryan avaient tous les deux déclaré forfait dans le courant de l'après-midi.

Chiasson semble avoir du mal à se remettre d'une blessure au «bas du corps» qu'il a subie -- probablement en bloquant un lancer -- contre les Bruins de Boston la semaine dernière.

Ryan, personne ne sait trop ce qui lui est arrivé. On dit qu'il aurait reçu un coup de bâton sur une main vers la fin du match de jeudi contre le Wild du Minnesota. Ce n'est pas confirmé.

Le vétéran défenseur Chris Phillips n'a pas joué, non plus.

MacLean dit que ces trois joueurs pourraient être disponibles lorsque les Maple Leafs de Toronto se frotteront à son équipe dimanche soir.

En attendant, l'entraîneur n'a pas eu le choix d'utiliser Erik Condra et Colin Greening. En début de soirée, il s'est efforcé de ne pas trop modifier ses trios à l'attaque. Condra, le spécialiste des infériorités numériques, a entrepris la soirée au sein du premier trio, avec Kyle Turris et Clarke MacArthur.

Durant une deuxième période plutôt endormante, MacLean a finalement essayé de provoquer certaines choses. Il a demandé à la doublure de Ryan, Mark Stone, de prendre sa place avec Turris et MacArthur. Ce faisant, il a brisé son trio le plus efficace des dernières semaines.

Stone, Curtis Lazar et Mike Hoffman étaient en voie de connaître une autre bonne rencontre. «Je sais, mais j'avais l'impression que je devais faire quelque chose pour stimuler toute notre attaque. En somme, ce n'est pas compliqué. Je n'ai pas pu résister», a commenté MacLean après la partie.

Le seul but des Sénateurs a été marqué par un autre ailier droit, Chris Neil, durant une supériorité numérique.

Le but égalisateur a également été marqué durant une attaque massive. Le quart-arrière Tobias Enstrom a battu Craig Anderson avec un tir de la pointe.

Le gardien numéro un des Sénateurs, encore étincelant, termine donc sa semaine de travail avec une fiche de 2-0-1. Il a laissé passer seulement deux des 104 lancers dirigés vers lui.

Impossible pour l'instant de savoir s'il obtiendra un quatrième départ consécutif contre les Leafs.

Mathieu Perreault a un peu gâché la sauce en inscrivant le but décisif durant la fusillade.

À l'autre bout de la patinoire, Ondrej Pavelec a été parfait. Six rondes ont été nécessaires durant les tirs de barrage avant de faire un maître. Mika Zibanejad, Karlsson, Turris, Milan Michalek, David Legwand et Greening ont tous eu leur chance. Ils ont tous échoué.

Après la partie, MacLean a eu de bons mots pour Jared Cowen. Le gros défenseur, qui a passé cinq matches consécutifs sur la galerie de la presse entre le 13 et le 26 octobre, a très bien entrepris le deuxième mois de la saison.

«Il a recommencé à jouer comme un gros défenseur», affirme l'entraîneur.

Cowen a d'ailleurs été le joueur le plus utilisé samedi. Il a passé près de 28 minutes sur la patinoire. Il a également été le meneur au chapitre des mises en échec. Il en a complété neuf. Il a provoqué quatre revirements et bloqué deux tirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer