Le filet n'appartient à personne

Aucun gardien de la Ligue nationale ne possède... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Aucun gardien de la Ligue nationale ne possède un meilleur taux d'efficacité que Craig Anderson.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En n'allouant qu'un seul but sur 67 tirs lors des deux victoires à la maison des Sénateurs d'Ottawa cette semaine, Craig Anderson s'est hissé en tête de la Ligue nationale de hockey pour une des plus importantes statistiques pour un gardien, le taux d'efficacité.

Avec un ronflant ,948, il est passé devant Jake Allen, des Blues de St. Louis (,944), et Jonathan Quick, des Kings de Los Angeles (,943).

Pas pire, mais ce n'est quand même pas suffisant pour qu'il soit assuré de poursuivre sur sa lancée samedi soir alors que les Jets de Winnipeg seront les visiteurs au Centre Canadian Tire pour la soirée d'hommage aux militaires canadiens.

MacLean n'avoue rien

Son entraîneur Paul MacLean a refusé de confirmer ses plans devant le filet pour la fin de semaine chargée des siens, eux qui recevront aussi les Maple Leafs de Toronto dimanche soir alors que le match reporté en raison de la tragédie du 22 octobre au Monument des anciens combattants et au Parlement sera disputé.

« Nous allons évaluer nos deux adversaires pour ces deux soirs consécutifs et nous allons prendre une décision (aujourd'hui), a indiqué MacLean après le court entraînement des siens hier. On ne veut pas briser le rythme (d'Anderson), mais Robin n'a pas été mauvais non plus. D'une façon ou d'une autre, ça va être bon pour nous, c'est bon d'avoir un bon tandem afin d'envoyer dans la mêlée un gardien qui est frais et dispos. »

C'est devenu une pratique généralisée pour les clubs de la LNH d'utiliser les deux gardiens dans une situation de deux parties en deux jours, les statistiques prouvant qu'un gardien disputant un tel programme double est moins efficace lors du second match.

Au lendemain d'un jeu blanc où il a repoussé 35 lancers dans un gain de 3-0 contre le Wild du Minnesota, Anderson disait que ça lui était égal de jouer samedi ou dimanche soir.

« Ça n'a pas d'importance. Nous avons beaucoup de parties qui s'en viennent et on joue ces deux parties de façon consécutive. J'espère juste demeurer frais et faire mon travail quand on va m'utiliser », a-t-il mentionné.

Anderson modeste

Quant à ses statistiques impressionnantes en ce début de saison, son taux d'efficacité jumelé à une excellente moyenne de 1,80 (6e dans le circuit Bettman), il estime que c'est une affaire d'équipe.

« C'est une belle réussite pour tout le groupe ici. Sans le bon jeu défensif et l'effort devant moi, ça ne pourrait pas arriver. Si on donnait des échappées, des deux contre un et qu'on laissait des gars à découvert à l'embouchure du filet, le taux d'efficacité ne serait pas bon », a ajouté le cerbère américain.

« On essaie de donner le plus de lancers possible pour améliorer son pourcentage d'arrêts », a blagué le défenseur Chris Phillips.

« Les gens posent beaucoup de questions parce qu'on accorde beaucoup de lancers, ma réponse est que si les tirs viennent de l'extérieur, on va les laisser effectuer 100 lancers, nos gardiens vont les arrêter. On cherche à limiter les retours, les deuxième et troisième chances, les bonnes chances de compter. La vie des gardiens est plus facile si on limite ça », a-t-il ajouté plus sérieusement.

Ottawa a vu l'adversaire le dominer au chapitre des tirs 10 fois en 12 parties, et a une fiche de 6-3-1 dans ces circonstances.

L'embarras du choix

Si MacLean veut choisir son gardien en fonction de leurs succès passés contre l'adversaire, il a l'embarras du choix ce soir alors qu'Anderson a une fiche de 11-2-2 (2,51, ,932) contre les Jets, alors que Lehner a gagné sa seule sortie contre eux (1,01, ,962). Ils ont aussi de bonnes fiches contre Toronto (7-6-2 pour Anderson, 1-0-0 pour Lehner).

Dernier mot concernant Anderson, son 14e blanchissage dans l'uniforme des Sénateurs (sur 28 en carrière) lui a permis de se hisser au deuxième rang de l'histoire de l'équipe, derrière Patrick Lalime (30) et devant Ron Tugnutt (13).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer