Le «Kid Line» s'illustre encore

Mike Hoffman et ses jeunes coéquipiers du Kid...

Agrandir

Mike Hoffman et ses jeunes coéquipiers du Kid Line célèbrent en troisième période au Centre Canadian Tire.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le quatrième trio des Sénateurs avait besoin d'un surnom. Les fans, sans faire preuve d'une grande imagination, l'ont baptisé «Kid Line», en raison de l'âge de ses trois membres.

On pourrait y aller d'une autre suggestion, encore moins originale, mais tout aussi efficace: Le trio qui marque des buts.

Mike Hoffman, Curtis Lazar et Mark Stone en ont inscrit deux autres, hier soir, dans une victoire de 3-0 contre le Wild du Minnesota.

En fait, c'est Hoffman qui a marqué les deux buts aux dépens de Niklas Backstrom. Lazar a quand même préparé le premier. Et Stone a été complice du deuxième.

MacLean satisfait

On soupçonne toujours Paul MacLean d'avoir formé ce trio par accident, à la fin du mois d'octobre. Un très heureux accident. Même s'ils passent moins de 15 minutes par match sur la patinoire, ils ont trouvé le moyen de participer au pointage chaque soir.

«Chut! Il faut éviter à tout prix que le secret ne s'ébruite», ricanait l'entraîneur-chef durant sa conférence de presse d'après-match.

«Sérieusement, tant qu'ils joueront de cette manière, je vais continuer de les envoyer sur la glace.»

Les jeunes, on le sait maintenant, sont là pour rester. Ils ont tous reçu cette semaine le feu vert pour se trouver un domicile permanent à Ottawa (voir autre texte en page37).

«Vraiment, ça va bien. Ce soir, c'est moi qui ait marqué, mais j'ai l'impression que Stoney et Laser ont encore mieux joué que moi», a déclaré Hoffman. Il a connu contre le Wild son premier match de deux buts dans la Ligue nationale de hockey.

Clarke MacArthur a inscrit l'autre but des Sénateurs, hier soir. Ça lui en fait sept en 12 parties. Il continue de mener l'équipe à ce chapitre.

Anderson brille encore

L'autre grand responsable de cette victoire a toutefois été Craig Anderson.

Pour lui, tout s'est joué durant la deuxième période. Durant cet engagement, Backstrom a trébuché. Il a laissé passer les deux premiers lancers qui ont été dirigés vers son filet.

Anderson, lui, a été à la fois bon et chanceux. Dans une séquence de quatre minutes, il a réussi deux gros arrêts contre Kyle Brodziak et Thomas Vanek. Il a joué de chance quand Matt Dumba et Jason Zucker ont frappé des poteaux.

«Il faut être chanceux pour être bon et il faut être bon pour être chanceux», a déclaré le gardien qui a stoppé 35 tirs pour réussir son deuxième jeu blanc de la saison.

C'était la deuxième fois, seulement, que le gardien de buts numéro un avait la chance d'entreprendre deux matches d'affilée devant la cage des Sénateurs.

Anderson avait utilisé dans les matches numéro3 et4 de la saison. Paul MacLean n'avait pas vraiment un le choix de l'utiliser dans le match 4, étant donné qu'il avait signé un blanchissage dans le match 3.

En théorie, cette grosse performance contre le Wild devrait lui valoir un troisième départ. En théorie.

MacLean ne veut rien promettre. «Pour l'instant, je vais me contenter de célébrer notre victoire de ce soir. J'aurai bien le temps de prendre des décisions avant nos prochains matches.»

Les Sénateurs accueilleront les Jets de Winnipeg demain et les Maple Leafs de Toronto dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer