Daniel Alfredsson: pas de nouvelles, bonnes nouvelles?

Personne ne sait si Daniel Alfredsson effectuera ou... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Personne ne sait si Daniel Alfredsson effectuera ou non un retour au jeu cette saison.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Personne ne semble vraiment savoir ce qui se passe dans la tête de Daniel Alfredsson.

Hier, un journaliste de Détroit a écrit que le plus grand joueur de l'histoire des Sénateurs d'Ottawa était sur le point d'annoncer sa retraite. Dans son papier, le confrère écrivait même que l'annonce coïnciderait avec la visite des Wings au Centre Canadian Tire.

Eh bien, les Wings sont en ville. Ils affronteront les Sénateurs ce soir.

Selon toute vraisemblance, le confrère spéculait. Aucune conférence de presse n'est prévue pour l'instant.

La version officielle n'a pas changé dans les dernières heures. Alfredsson est à Détroit. Il est sans contrat. Il a mal au dos. Si jamais la douleur s'estompe, il disputera une 19e saison dans la Ligue nationale de hockey.

«Je lui parle fréquemment. Dans les circonstances, je dirais qu'il se porte plutôt bien», indiquait le nouveau capitaine des Sénateurs, Erik Karlsson, hier.

«Il n'a pas encore pris sa décision. Est-il encore capable de jouer au hockey au plus haut niveau? Je crois bien qu'il est le seul à connaître la réponse à cette question. Moi, tout ce que je sais, c'est qu'il n'est pas en ville aujourd'hui. S'il était ici, je suis pas mal convaincu qu'il m'aurait invité à souper lundi soir.»

Dans le vestiaire des Wings, hier, on se montrait tout aussi prudent.

«Quand Alfie vient faire un tour à l'aréna, je lui parle. Lors de sa dernière visite, nous avons eu une bonne conversation au sujet de nos enfants», prétend l'entraîneur-chef Mike Babcock.

«Ken Holland lui parle davantage de son avenir. Moi, quand je le vois à l'aréna, j'évite les questions de hockey», insiste-t-il.

À sa première - et seule - saison loin d'Ottawa, Alfredsson a inscrit 49 points en 68 rencontres. Parce que les grosses stars Pavel Datsyuk et Henrik Zetterberg ont passé près de la moitié de la campagne sur la liste des blessés, il a remporté le titre de meilleur marqueur chez les Wings.

S'il était capable de jouer au même niveau encore une fois cette saison, il va sans dire que la direction de ce club légendaire s'empresserait de lui faire une place. «Les équipes de talent complètent chaque saison des transactions dans le but de s'améliorer. Pour nous, le retour au jeu d'Alfie aurait le même effet positif qu'une bonne transaction», dit Babcock.

On sent quand même un peu de scepticisme dans sa voix. Le numéro11 fêtera ses 42 ans dans 37 jours. Il n'est pas différent de tous les autres joueurs de hockey de la planète. Le temps fait aussi son oeuvre chez lui.

«Il n'a pas eu la chance de patiner avec des joueurs du calibre de la LNH depuis un certain temps. Même s'il décide d'effectuer un retour au jeu, il pourrait trouver la pente très difficile à remonter. Des fois, les jeunes patinent tellement vite que j'ai l'impression qu'ils ont des ailes. Cette ligue me semble plus rapide que jamais», dit l'homme qui a mené le Canada à deux médailles d'or olympiques consécutives.

La direction des Wings n'a pas l'intention de pousser Alfredsson vers la retraite, peu importe son état de santé. On comprend que c'est une politique interne de l'organisation.

Steve Yzerman, Nicklas Lidstrom et Chris Chelios ont pu choisir le jour de leur retraite. Kris Draper et Kirk Maltby aussi. À MoTown, on laisse les vétérans de qualité quitter de leur propre chef.

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer