«La mule» revient à Ottawa

Johan Franzen... (Photo Timothy T. Ludwig, USA Today)

Agrandir

Johan Franzen

Photo Timothy T. Ludwig, USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Saint-Laurent
Le Droit

Les Sénateurs n'auront pas Daniel Alfredsson dans les pattes, ce soir. Ils devront, en revanche, composer avec Johan Franzen.

Le gros attaquant suédois qu'on surnomme «la mule» n'est généralement pas l'attaquant qui attire le plus d'attention chez les Wings. Il a quand même marqué neuf buts à ses trois dernières parties au Centre Canadian Tire...

«Nous savons tous qu'il a marqué neuf buts à ses trois derniers matches ici. Il ne manque jamais une occasion de me le rappeler», révélait son copain Erik Karlsson, hier.

Franzen contre Neil

Franzen ne compte pas que des amis chez les Sénateurs. La saison dernière, Chris Neil et lui ont eu quelques bonnes prises de bec sur la patinoire... et dans les médias.

Neil a reproché au gros attaquant des Wings de manquer de courage. Il a même utilisé la couleur «jaune» pour le décrire. Franzen a répondu qu'il n'était pas un bagarreur. Il s'est permis d'ajouter que Neil n'avait pas le sens du jeu.

«Cette histoire appartient à la saison dernière. Nous avons d'autres chats à fouetter cette saison», commentait Neil, hier.

Franzen a également d'autres chats à fouetter. Il a effectué un retour au jeu dimanche après avoir passé deux semaines sur la liste des blessés.

«Ce n'était pas un match facile pour moi. J'ai essayé d'effectuer des présences courtes sur la patinoire, mais je me suis fait surprendre souvent», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer