Ryan embrasse la cause des enfants malades

«L'idée d'aider des enfants m'est venue tout naturellement.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«L'idée d'aider des enfants m'est venue tout naturellement. J'aime beaucoup leur enthousiasme», soutient l'attaquant Bobby Ryan.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les partisans des Sénateurs devront vivre avec Bobby Ryan, pour le meilleur et pour le pire, au cours des huit prochaines années. Les enfants de la région d'Ottawa-Gatineau, selon toute vraisemblance, auront droit au meilleur.

Ryan a décidé de louer une loge corporative au Centre Canadian Tire pour la durée de son prochain contrat. La loge portera le sceau des «Enfants étoiles de Bobby Ryan». Lors de chaque match à domicile des Sénateurs d'ici 2022, l'ailier droit américain invitera des enfants qui vivent des moments difficiles.

En 2014-2015, les jeunes invités seront des patients du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario.

Chaque année, avec l'aide de la Fondation des Sénateurs, il s'associera à un organisme différent qui s'implique auprès de la jeunesse.

«Je voulais m'impliquer dès l'an dernier. Je n'avais pas nécessairement l'idée de louer une loge, mais je voulais donner un coup de pouce à un organisme de bienfaisance. J'avais quand même un peu peur de m'associer à un organisme sans vraiment savoir si j'allais rester ici pendant plusieurs années», a-t-il expliqué durant une conférence de presse qui a précédé la séance d'entraînement de vendredi.

«Quand j'ai signé ma prolongation de contrat de sept ans, j'ai tout de suite prévenu Eugene Melnyk, la Fondation des Sénateurs et mes agents. L'idée d'aider des enfants m'est venue tout naturellement. J'aime beaucoup leur enthousiasme», a enchaîné celui qui considère qu'Ottawa est «une ville parfaite pour fonder une famille».

Initiative applaudie

L'initiative de Ryan nous rappelle vaguement celle d'un autre joueur qui a longtemps porté le numéro 6 chez les Sénateurs. Dans les années 1990, le défenseur Wade Redden avait sa loge au Centre Corel. Des centaines d'enfants ont eu la chance d'assister à un match de la LNH dans ce qu'il était convenu d'appeler «Wade's World».

«Par un drôle de hasard, nous travaillons avec les mêmes agents. Ils m'ont dit que Wade avait beaucoup aimé son implication avec le CHEO. Il avait trouvé cela très gratifiant.»

Le montant d'argent investi par Ryan n'a pas été dévoilé. «Chose certaine, il ne fait pas juste ça pour des raisons fiscales», insiste Eugene Melnyk.

De passage en ville, le propriétaire des Sénateurs a tenu à prendre part à la conférence de presse de vendredi matin.

«Bobby est une bonne personne. Nous n'aimons pas les joueurs qui sont ici juste pour encaisser un chèque de paie. Les joueurs qui décident de se joindre aux Sénateurs doivent aussi s'impliquer dans la communauté. Ça fait partie de notre culture d'organisation», dit M. Melnyk.

Chose certaine, Bobby Ryan rendra service à son patron avec cette location à long terme. Encore une fois cette saison, il n'est pas évident pour l'équipe des ventes des Sénateurs d'attirer des foules à Kanata. Seulement 17 529 personnes se sont déplacées pour assister au match contre les Blackhawks de Chicago jeudi. Il s'agissait pourtant de la seule visite dans la capitale d'une des meilleures formations de toute la LNH cette saison.

M. Melnyk préfère s'attarder aux éléments positifs. «Nous sommes sur la bonne voie. Ça va mieux que l'an dernier. Si nous réussissons à gagner nos matches en main, nous pourrions nous rapprocher à un seul point du Canadien de Montréal.»

«Tout va pour le mieux au pays des Sens», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer