Tous unis sous un seul drapeau

Les joueurs des  Sénateurs et des Devils du... (USA TODAY Sports)

Agrandir

Les joueurs des  Sénateurs et des Devils du New Jersey ont formé un cercle autour de représentants des Forces armées canadiennes au centre de la patinoire lors des hymnes nationaux.

USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Ryan est Américain jusqu'au bout des ongles. Il a grandi en banlieue de Philadelphie. Il a passé son adolescence en Californie. À la fin de chaque saison de hockey, il se réfugie dans l'Idaho.

Samedi soir, durant les cérémonies d'avant-match au Centre Canadian Tire, il se sentait un peu Canadien.

«J'ai eu des frissons», a-t-il confié quand on lui a parlé de l'hommage rendu aux soldats assassinés la semaine dernière, Patrice Vincent et Nathan Cirillo.

La cérémonie a pourtant été sobre.

Les joueurs des Sénateurs et des Devils du New Jersey se sont réunis au centre de la patinoire. Ils ont formé un cercle autour d'une poignée de représentants des Forces armées canadiennes. L'image était assez forte.

L'interprète des hymnes nationaux au CCT, Lyndon Slewidge, est un agent retraité de la Police provinciale de l'Ontario. Samedi, il a laissé presque toute la place aux partisans. Ce sont les 19266 fans qui étaient présents qui ont porté l'Ô Canada.

«Cette interprétation des hymnes nationaux me marquera à tout jamais», a commenté Ryan.

Les hymnes nationaux ont été présentés en direct d'un océan à l'autre sur Hockey Night in Canada. Ils ont aussi été présentés sur les tableaux indicateurs du Centre Bell de Montréal et du Air Canada Centre de Toronto.

L'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, a été personnellement marqué par les tragiques événements de la dernière semaine. Son père était militaire. Il ne prend pas à la légère les attaques contre des officiers en uniforme.

«Ce soir (samedi), les gens d'Ottawa nous ont rendu un hommage bien approprié à ces deux soldats. J'ai trouvé les cérémonies d'avant-match très émouvantes. Très touchantes», a-t-il déclaré.

Peter DeBoer est du même avis.

Avec quelques-uns de ses joueurs, l'entraîneur-chef des Devils a pris le temps de visiter le Monument commémoratif de guerre, samedi après-midi. «Le jeune homme qui a été assassiné là-bas cette semaine était originaire de Hamilton. J'ai aussi grandi dans la région de Hamilton», a-t-il rappelé.

«Même si ce n'était pas une journée très joyeuse, je suis fier que mon équipe ait pu jouer un rôle dans le processus de guérison.»

Le diable a prévalu

Les Devils n'ont pas collaboré jusqu'au bout. Ils ont battu les Sénateurs 3-2 en prolongation.

Durant une supériorité à quatre contre trois, Jaromir Jagr a profité d'une gaffe commise par David Legwand pour marquer le but décisif. Il s'agissait de son 125e but gagnant en carrière. Dans l'histoire de la Ligue nationale de hockey, il s'agit d'un record.

Dans la première défaite des Sénateurs à domicile cette saison, Alex Chiasson et Ryan ont marqué.

Le but de Ryan est survenu tard en troisième période. Il a permis à l'équipe d'obtenir un autre point qu'elle ne méritait pas. La deuxième période a été particulièrement difficile. Durant cet engagement, les Devils ont décoché 14 tirs vers le filet de Robin Lehner. Damon Serverson et Marek Zidlicky ont marqué.

Comment expliquer cette mauvaise performance? Après une semaine entière d'inactivité, les Sénateurs avaient-ils les jambes lourdes?

«Ça ne peut pas nous servir d'excuse, réagit Mark Borowiecki. Nous avons pris le temps de nous préparer pour ce match comme nous nous préparons pour chacun de nos matches. Nous sommes des professionnels.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer