Stone ne se plaint pas d'être colocataire

Mark Stone... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Mark Stone

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aujourd'hui, Mark Stone fera partie du premier trio des Sénateurs.

Demain, il ne sait pas. La direction de l'équipe ne lui a toujours pas donné le droit de se trouver un domicile permanent en ville.

«Si je vivais à l'hôtel, c'est quelque chose qui finirait par me taper sur les rognons», reconnaît l'ailier de 22 ans.

«Mais je ne vis pas à l'hôtel. Je vis dans une magnifique maison et je suis très bien entouré. Je ne peux vraiment pas me plaindre.»

La magnifique maison est située dans l'ouest d'Ottawa, pas trop loin du bureau de Stone. C'est la maison de son coéquipier Cody Ceci.

Elle est visiblement spacieuse, parce que le défenseur des Sénateurs compte trois colocataires. En plus de Stone, il héberge sa copine et sa grande soeur.

«Vivre à quatre, c'est parfait pour le partage des tâches», indique-t-il.

Stone et Ceci se connaissent depuis un peu plus de deux ans. Ils sont vite devenus de bons amis.

Le printemps dernier, à la demande de la direction, Stone a décidé de passer une bonne partie de l'été à s'entraîner au Centre Canadian Tire. Ceci lui a ouvert les portes de sa demeure.

«Au début, c'était pour une journée. Puis, une semaine. Ça fait presque trois mois et demi maintenant», constate Stone.

«Vraiment, je ne peux pas me plaindre. Durant l'été, j'ai été invité à quelques reprises au chalet familial des Ceci. C'est vraiment une famille sensationnelle. Comme mes parents n'ont pas la chance de venir me voir jouer souvent, j'essaie de leur refiler mes billets le plus souvent possible. C'est une façon comme une autre de témoigner de ma gratitude.»

Complicité

La cohabitation n'a pas l'air de trop peser sur les deux joueurs.

Hier matin, ils étaient tous les deux de très bonne humeur dans leur coin du vestiaire. Parce que, depuis le début de la saison, ils occupent des casiers voisins.

«On passait déjà beaucoup de temps ensemble. On passe maintenant tout notre temps ensemble», ricane Ceci.

À la maison, les deux joueurs se complètent bien. Le défenseur s'occupe la plupart du temps des repas. Il serait particulièrement à l'aise au barbecue. Stone ramasse les assiettes sales et il fait la vaisselle.

En public, les deux joueurs ne sont pas les plus démonstratifs. Ils seraient tout aussi tranquilles à la maison.

«Dernièrement, je suis pas mal plongé dans la série télé Californication. Elle me pousse souvent à me retirer très tôt dans ma chambre», révèle Stone.

«Même chose pour moi. Après le souper, je me retire dans ma chambre et j'allume la télé. Quand il n'y a rien de bon, je me couche tôt», assure Ceci.

Les deux ne semblent pas pressés de se séparer.

Évaluation en demi-teinte

Hier, Paul MacLean ne s'est pas montré particulièrement enthousiaste dans son évaluation du travail de Stone depuis le début de la saison. Il n'a pas été critique non plus. «Je dirais que Mark a été constant. C'est déjà très bien. Durant le camp d'entraînement, durant les premiers matches de la saison, il a offert des performances constantes. Il doit maintenant s'assurer que ça dure», souligne l'entraîneur.

Ceci est convaincu que de bonnes nouvelles s'en viennent.

«Nous ne savons pas trop ce qui va nous arriver, avec tous ces joueurs qui sont à Ottawa en ce moment. Je pense quand même que Mark a démontré de belles choses depuis le début de la saison. On va bien finir par lui dire qu'il peut rester. Ce n'est qu'une question de temps.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer