Jour spécial pour les recrues

Un tapis rouge à l'arrivée à l'aréna et une projection utilisant la patinoire... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un tapis rouge à l'arrivée à l'aréna et une projection utilisant la patinoire avant la présentation des joueurs sont les faits saillants de la soirée inaugurale à domicile des Sénateurs.

De quoi faire réaliser aux joueurs que ce n'est pas nécessairement un match «comme les autres», en particulier pour les recrues qui en seront à leur première expérience, comme Curtis Lazar et Mark Borowiecki.

Dans le cas de Lazar, le premier choix de 2013 qui s'est taillé un poste à 19 ans, il reste à voir s'il sera en uniforme ce soir contre l'Avalanche, lui qui a été laissé de côté lundi en Floride. Il s'est entraîné majoritairement à l'aile droite hier aux côtés de Zack Smith et Milan Michalek, ce qui laisse entrevoir une forte possibilité qu'il réintègre l'alignement, mais l'entraîneur Paul MacLean n'a pas voulu dévoiler son jeu hier.

«Le 'coach' m'a parlé, il m'a dit que c'était une chance de reprendre mon souffle. J'espère maintenant revenir dans l'alignement le plus vite possible, mais ce club a beaucoup de profondeur... Si je joue à l'aile, je suis curieux de voir comment ça va aller avec les responsabilités différentes en zone défensive. C'est une business dans cette ligue, (Anton) Volchenkov me l'a bien montré lors du premier match à Nashville quand il m'a souhaité la bienvenue (avec un solide placage)», a souligné le toujours souriant jeune homme.

Lazar pense avoir réalisé quelque chose en regardant un premier match à partir de la galerie de presse: «J'ai vu qu'on avait parfois plus de temps qu'on le pense pour faire un jeu. J'avais tendance à paniquer un peu avec la rondelle et je pense que je peux charrier la rondelle un peu plus, surtout en zone neutre. Ça va venir avec l'expérience, j'imagine. J'espère juste jouer ce match inaugural et ressortir mon sourire», a-t-il dit.

Fébrilité palpable

Borowiecki ne devrait pas avoir de problème de ce côté, les rotations utilisées hier laissant croire que Jared Cowen sera laissé de côté pour un deuxième match de suite, lui qui a aussi fait du temps supplémentaire après l'entraînement.

Le défenseur à caractère défensif a grandi dans un quartier voisin du Centre Canadian Tire, donc il a particulièrement hâte d'y disputer un premier match inaugural.

«C'est pas mal 'cool', ma fiancée va être là, mes parents également. Au courant de ma carrière, je me suis souvent battu avec mes propres nerfs, je deviens anxieux parfois. Ça peut aider à l'occasion d'être 'sur la ligne', mais vous pouvez geler aussi. Je vais essayer de prendre de grandes respirations lors de mes premières présences et construire là-dessus», a-t-il souligné.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer