Victoire discrète des Sénateurs

Craig Anderson a porté sa fiche à 11-2-1... (Associated Press)

Agrandir

Craig Anderson a porté sa fiche à 11-2-1 contre son ancienne équipe, hier, en repoussant les 30 tirs dirigés vers lui.  Mais peu de gens peuvent en témoigner. Seulement 7 311 personnes pour être précis.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SUNRISE) Un record a été battu, hier soir, au BB & T Center de Sunrise.

On a enregistré la plus petite foule de l'histoire de la Ligue nationale de hockey en Floride. Sept mille trois cent onze personnes ont vu Craig Anderson blanchir les Panthers, 1-0.

Dans un cas comme dans l'autre, il n'y a pas eu de grande surprise.

On s'attendait depuis un bout de temps à ce que la foule soit peu nombreuse pour le deuxième match à domicile de la saison des Panthers.

C'était le sujet de conversation numéro un dans le petit bassin de fans de l'organisation.

Personne n'a été surpris du résultat, non plus. Anderson se fait toujours un plaisir de venir hanter son ancienne équipe, chaque fois qu'on lui en donne la chance. Il présente maintenant une fiche en carrière de 11-2-1 contre les Panthers.

« Un blanchissage, ça fait du bien. C'est une grosse victoire personnelle. Mais le fait de rentrer à la maison avec une récolte de quatre points sur six dans le premier voyage de la saison, c'est encore mieux », a dit le gardien gagnant.

« Pour ce qui est de la foule, eh bien Je connais bien ce marché. Pour attirer des spectateurs dans les enceintes sportives ici, il faut gagner. C'est le cas au hockey, au baseball, au football et au basket-ball. Les fans veulent encourager des clubs gagnants. »

Le record de médiocrité à battre était de 10 063 spectateurs. On l'avait établi le 31 octobre 2007. Ce soir-là, les gens de Fort Lauderdale avaient célébré l'Halloween à l'extérieur au lieu d'assister à un match entre les Panthers et les Hurricanes de la Caroline.

Hier, les amateurs n'avaient pas vraiment d'excuse.

Enfin, si. Ils peuvent toujours blâmer les nouveaux propriétaires de leur équipe, Vinnie Viola et Doug Cifu. Dans leur volonté de rompre avec le passé, ils ont décidé de mettre un terme à une très vieille tradition, qui consistait à donner des milliers de billets gratuits chaque saison.

Désormais, les gens qui voudront voir un match de hockey au BB & T Center devront payer le gros prix.

À moyen terme, MM. Viola et Cifu croient que cette façon de faire leur permettra de se bâtir une clientèle fidèle. À court terme, ils vont souffrir.

« Vous n'avez pas aimé l'ambiance qui régnait ici ce soir ? Moi, je n'ai pas eu de misère avec ça. Durant les temps morts, on pouvait facilement entendre les directives de Mac sur le banc », ricanait Clarke MacArthur, l'auteur du seul but de la soirée.

La petite foule et l'absence totale d'ambiance ont sans doute affecté les deux équipes, hier.

Les deux équipes ont connu un début de match difficile.

Les Panthers, qui ont sans doute l'habitude de jouer devant des gradins dégarnis, ont repris vie en cours de partie.

Ils ont commencé à générer des chances de marquer de meilleure qualité au retour du premier entracte.

Les Sénateurs ne se sont jamais vraiment secoués.

Durant la deuxième période où ils ont réussi à prendre les devants, ils ont été dominés 14-7 au chapitre des tirs au but.

Pour allouer 14 tirs aux Panthers en 20 minutes, il faut presque faire exprès.

sstlaurent@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer