Sénateurs: Zibanejad ferme les yeux... et compte!

Mika Zibanejad a compté le but gagnant de... (Photo Steve Nesius, AP)

Agrandir

Mika Zibanejad a compté le but gagnant de son équipe en tirs de barrage.

Photo Steve Nesius, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Tampa) Mika Zibanejad avait déjà été confronté à Ben Bishop dans des tirs de barrage. «Au moins quatre fois, si ma mémoire est exacte.» Il n'avait jamais marqué.

Il a essayé une approche différente, samedi soir, au Amalie Arena.

«J'ai fermé les yeux et j'ai lancé. Je n'ai pas entendu la foule crier. J'ai compris qu'il n'avait pas fait l'arrêt.»

Effectivement. Zibanejad a trouvé le moyen de marquer avec les yeux fermés. Son but a permis aux Sénateurs d'Ottawa de battre le Lightning de Tampa Bay, 3-2.

«Je suis content. Même si ça n'a pas été un match parfait, j'ai la certitude que nous méritions cette victoire», a renchéri l'auteur du but décisif lors des tirs de barrage.

C'est vraiment le cas de le dire. Les Sénateurs n'ont pas signé leur première victoire de la saison en disputant un match parfait.

Tout comme à Nashville, jeudi, ils ont laissé filer une avance.

Erik Karlsson et Mark Stone ont marqué deux buts en l'espace de 90 secondes au troisième tiers pour donner une avance de 2-1 à leur équipe.

Brett Connolly a rappliqué, marquant le but qui a forcé la tenue d'une période de prolongation.

«Un mauvais but. Un moment d'égarement dans notre territoire. Ça n'aurait pas dû se produire», commentait le capitaine Karlsson après la rencontre.

Le Lightning a conservé une fiche de 5-1-0 durant le calendrier préparatoire. Durant ces six parties, leurs gardiens ont accordé seulement huit buts.

Les équipes qui voudront battre Tampa, Bishop et Evgeni Nabokov devront sans doute combattre le feu par le feu.

Sans Robin Lehner, dans le match de samedi, les Sénateurs n'auraient jamais été dans le coup.

Dans ce match imparfait, samedi, les Sénateurs ont surtout passé un très mauvais quart d'heure au deuxième tiers.

Le quatrième trio des Sénateurs, avec ses deux recrues Mike Hoffman et Curtis Lazar, s'est retrouvé coincé dans son territoire face à Steven Stamkos. Ils ont passé 90 bonnes secondes en mode survie. À défaut d'ajouter à l'avance de son équipe, la star a fait basculer le momentum de son côté.

Le Lightning n'a pas réussi à marquer dans le reste de l'engagement, un peu beaucoup parce que Lehner était en forme.

Le gardien de buts numéro deux, qui effectuait son premier départ de la saison, a vu beaucoup de caoutchouc. Il a réussi 18 de ses 38 arrêts en temps réglementaire durant le second engagement.

D'habitude, Lehner aime bien les matches où il est occupé. Surtout quand la majorité des tirs proviennent de l'extérieur de l'enclave.

Samedi, il a été obligé d'effectuer plusieurs arrêts pas trop commodes.

«Rendons hommage à nos adversaires. Tampa mise sur une saprée bonne équipe cette saison, réagit le gardien. Nous avons commencé à courir un peu partout dans notre territoire en deuxième période, mais ils nous poussaient à courir après la rondelle. Ils jouaient vraiment très bien.»

Lehner a finalement stoppé 38 rondelles pour battre son ancien coéquipier.

Connolly et Victor Hedman ont été les deux seuls à le déjouer dans cette rencontre.

Dans son évaluation d'après-match, l'entraîneur-chef Paul MacLean a choisi de retenir les éléments positifs. Par exemple, le fait que le Lightning n'a pas obtenu un seul tir au but durant les cinq minutes de la prolongation.

«Nous sommes les Pesky Sens», a-t-il lancé, à moitié sérieux.

Les Sénateurs ont encore deux journées à passer dans le Sunshine State. Ils rendront visite aux Panthers de la Floride, lundi soir, avant de rentrer à la maison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer