La saison de Lehner commence samedi soir

Paul MacLean a choisi son gardien en vue... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Paul MacLean a choisi son gardien en vue du match de samedi soir contre le Lightning de Tampa Bay.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TAMPA, Floride) Paul MacLean avait juré que Robin Lehner n'attendrait pas trop longtemps au bout du banc avant d'obtenir son premier départ de la saison. Il a tenu parole.

Lehner sera devant la cage des Sénateurs d'Ottawa dans le match numéro deux du calendrier, samedi soir, au - nouvellement rebaptisé - Amalie Arena de Tampa.

«Ouais. Premier match de la saison pour moi. Toujours agréable d'affronter une bonne équipe. Celle qui joue ici est assez bonne, merci», a-t-il déclaré de façon parfaitement nonchalante, vendredi.

On risque donc d'assister à un nouveau duel entre Lehner et Ben Bishop.

La possibilité d'affronter son ancien coéquipier à nouveau n'a pas trop l'air de l'exciter, non plus.

«Toutes ces histoires, c'est bien drôle avant le match. Quand la rondelle est mise en jeu, les gardiens tombent dans leur zone. Ils n'affrontent alors plus le gardien adverse, ils affrontent la rondelle», philosophe le Suédois.

La présence de Lehner devant le filet n'a pas grand-chose à voir avec la performance de Craig Anderson, jeudi soir, contre les Predators de Nashville.

Même s'il a encaissé trois buts dans la première moitié de la troisième période, l'Américain a été un des meilleurs - et plus constants - joueurs de son équipe.

Il n'a même pas été question de son travail, vendredi, lorsque MacLean a disséqué ce premier échec de l'année durant son point de presse.

Avec le recul, l'entraîneur-chef a identifié deux points qui ont causé la perte de sa troupe. «D'abord, nous n'avons pas très bien exécuté nos jeux de base avec la rondelle. Notre niveau de compétition n'était pas excellent non plus. Même si nous en avons parlé abondamment durant le camp d'entraînement, nous n'avons pas réussi à travailler suffisamment pour espérer la victoire.»

Voilà qui est inquiétant. Si l'effort n'est pas au rendez-vous dans le match numéro un, que peut-on espérer des 81 suivants?

«Je n'ai pas dit que nous avons oublié de nous présenter, précise MacLean. J'ai simplement dit que nous n'avons pas réussi à travailler aussi fort que nos adversaires. Il faut savoir élever notre niveau de compétition pour, au minimum, égaler celui de nos adversaires. Il y a des soirs où l'effort moyen n'est pas suffisant.»

MacLean n'écarte pas la possibilité d'apporter plus d'une modification à sa formation débutante en vue de samedi soir.

Jeudi, Erik Condra, Colin Greening et Patrick Wiercioch ont été spectateurs.

Il n'a pas voulu donner trop de détails, hier. Si la mission consiste à retrancher de sa formation un, deux ou trois joueurs qui ont mal paru à Nashville, les candidats seront nombreux.

«Nous avons été un peu négligents. Les gars étaient peut-être nerveux», croit l'ailier Clarke MacArthur.

Ce dernier demande toutefois aux partisans et aux représentants des médias de ne pas trop s'inquiéter. «Je trouve que nous avons plutôt bien joué dans les dernières parties préparatoires. Il ne faut surtout pas paniquer parce que le premier match de la saison régulière ne s'est pas déroulé à notre goût. Il nous reste encore beaucoup de hockey à jouer.»

N'empêche qu'à l'aube d'une série de deux parties en Floride contre autant d'équipes de la section Atlantique, un petit électrochoc ne ferait pas de tort.

«Nous n'avons pas été si mauvais que ça l'autre soir. Nous avons juste deux ou trois petites choses à améliorer», croit Lehner.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer