Les jeunes vétérans écopent

Erik Condra (ci-contre) fait partie des trois joueurs... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Condra (ci-contre) fait partie des trois joueurs qui ont été laissés de côté.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une fois, il n'y a pas eu de surprises de dernière minute.

Paul MacLean a montré son jeu dès la première séance d'entraînement de la semaine. Il n'a jamais apporté de modifications à ses trios. Sur l'heure du midi, jeudi, il a finalement confirmé qu'il n'y avait pas de place pour Erik Condra, Colin Greening et Patrick Wiercioch dans sa formation débutante.

« Nous avons eu de très bonnes conversations avec nos joueurs, mercredi. Nous leur avons fait comprendre que nous pouvons seulement utiliser 20 joueurs par match. Après avoir évalué les performances de tous nos joueurs au camp d'entraînement, j'ai choisi les 20 meilleurs pour notre match contre Nashville », déclare-t-il avec beaucoup de franchise.

Faut-il comprendre que certains jeunes vétérans ont déçu lors du camp ?

« Non, pas entièrement. Tous nos joueurs ont bien paru au camp. Condra s'est blessé, il a été obligé de rester à l'écart du jeu pendant quelques jours. Les autres étaient simplement meilleurs que lui », rétorque-t-il.

« Et c'est une bonne chose pour notre organisation, assure l'entraîneur-chef. La compétition à l'interne rendra notre équipe meilleure. »

Il avait par ailleurs un message à lancer aux jeunes, comme Curtis Lazar, qui ont chipé des postes à des joueurs plus expérimentés.

« Ici, c'est la LNH. Il n'y a pas de périodes d'adaptation. Il y a des joueurs qui sont capables de jouer et il y a des joueurs qui ne sont pas capables de jouer. Ceux qui appartiennent à la deuxième catégorie seront remplacés. »

À 19 ans, Lazar n'a pas l'air trop affecté par la pression.

À moins de cinq heures de son premier match en carrière, il souriait, comme à son habitude.

« Je suis très surpris. Je m'attendais à passer une bonne partie de la nuit éveillé. Finalement, j'ai dormi comme un bébé », a-t-il indiqué.

Il a eu la chance de voir les gens qui lui sont les plus chers hier soir. Ses parents, ses deux frères et sa soeur - qui vivent en Colombie-Britannique - ont pris l'avion jusqu'à Orlando, en Floride. Ils ont ensuite loué une voiture pour assister à son premier match dans la LNH.

Ils vont suivre les Sénateurs pour le reste de leur périple dans le sud des États-Unis.

Lazar est devenu hier le 21e adolescent à enfiler le maillot d'Ottawa dans un match régulier. Mika Zibanejad avait été le dernier à le faire dans un match inaugural. C'était en 2011, à Détroit.

« Je n'oublierai jamais cette soirée, a confié le Suédois au Droit, jeudi. J'avais été tellement impressionné de me retrouver devant Pavel Datsyuk, un de mes héros d'enfance. »

Lazar a également eu la chance de se frotter à un de ses héros, hier. Shea Weber et lui sont de bons amis. Ils s'entraînent au même gymnase durant l'été.

« Ce que je sais à propos de Curtis ? Il a beaucoup de talent. Il a surtout une très bonne attitude. C'est toujours agréable de voir des jeunes qui travaillent fort comme lui connaître du succès », commentait le capitaine des Predators avant la rencontre.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer