Les Sénateurs doivent passer de la parole aux actes

Paul MacLean estime que son équipe a déjà... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Paul MacLean estime que son équipe a déjà commencé à démontrer qu'elle avait progressé durant un calendrier préparatoire où elle a conservé une fiche respectable de 4-2-1.

Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(NASHVILLE) Paul MacLean a passé les six derniers mois à multiplier les promesses. Chaque fois qu'on lui a mis un micro sous le nez, ou presque, il a répété que les Sénateurs d'Ottawa seront meilleurs que la saison dernière.

Tout ça, c'est fini.

«Nous n'avons plus envie de parler de la saison dernière. À compter de maintenant, nous allons concentrer toutes nos énergies sur le moment présent», a-t-il déclaré, hier.

Il restait alors un peu moins de 24 heures à écouler avant le premier match de la saison 2014-15.

Le sable a continué de s'écouler dans le sablier. Le premier match sera disputé ce soir, au Bridgestone Arena de Nashville.

MacLean estime que son équipe a déjà commencé à démontrer qu'elle avait progressé durant un calendrier préparatoire où elle a conservé une fiche respectable de 4-2-1. «Il faudra continuer à travailler chaque jour pour continuer à progresser. J'ai envie de poser une question aux joueurs. Que pouvons nous faire pour continuer à nous améliorer chaque jour?»

L'entraîneur-chef veut en outre s'assurer de connaître un bon départ.

L'an dernier, on a deviné assez vite que les Sénateurs se dirigeaient vers une saison difficile.

L'équipe n'avait pas hérité du calendrier le plus facile, elle devait disputer ses six premières parties sur la route. Après avoir disputé deux parties en autant de soirs pas trop loin de la maison, à Buffalo et Toronto, elle a traversé le continent pour se frotter aux nouvelles puissances californiennes de la Ligue nationale de hockey.

Elle a survécu péniblement à ce périple, rentrant à la maison avec une fiche de 2-2-2.

Elle ne s'en est jamais complètement remise. À la fin du mois d'octobre, sa fiche était de 4-6-2.

Un bon départ

«C'est pourquoi le début de saison sera encore plus important pour nous cette fois. Je vais demander aux joueurs de se concentrer sur le premier quart de la saison. Nous allons nous concentrer sur les 20 premières parties. Nous allons réévaluer notre position quand nous aurons terminé ce segment», annonce le nouveau capitaine Erik Karlsson.

«J'ai l'impression que les choses ne peuvent qu'aller en s'améliorant pour nous», ajoute-t-il.

Bobby Ryan croit que les Sénateurs se retrouvent dans une position favorable pour rebondir. «Commencer la saison sur la route, c'est une bonne chose. Ça permet à une équipe de se retrouver ensemble, loin de toutes les distractions de la vie quotidienne. Cela dit, une trop longue séquence sur la route, ça peut devenir néfaste. Six parties, c'était long. Cette fois, nous n'aurons qu'à disputer trois matches à l'extérieur avant de retrouver nos fans. C'est mieux.»

Place à la jeunesse

Ce soir, contre les Predators, MacLean pourrait envoyer dans la mêlée huit joueurs qui ne faisaient pas partie de son équipe au commencement de la dernière saison.

Trois joueurs qui se trouvaient dans la formation débutante le 4 octobre dernier à Buffalo pourraient se retrouver dans les gradins, ce soir, au Bridgestone Arena.

Tout porte à croire qu'Erik Condra, Colin Greening et Patrick Wiercioch seront laissés de côté face aux Predators.

«Je prendrai mes décisions finales après avoir bien étudié la formation des Predators, mais mon idée est presque faite», confie l'entraîneur.

«Les jeunes se développent. Certains sont prêts à ravir des postes à certains vétérans. Cela signifie que nous repêchons de bons joueurs et que notre système de développement fonctionne.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer