MacLean tenait à battre le Canadien samedi

Les Sénateurs ont infligé un deuxième revers de... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Les Sénateurs ont infligé un deuxième revers de suite au Canadien de Montréal, samedi.

Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Un balayage contre le Canadien, ça fait tout le temps plaisir. Même quand c'est au début du mois d'octobre et qu'il n'y a pas de points à l'enjeu.

«Il s'agissait peut-être de simples matches préparatoires pour leur équipe. Je peux vous assurer que ces parties étaient vraiment importantes pour nous», a lancé Paul MacLean, tard samedi soir, au Centre Bell.

Son équipe venait d'infliger un deuxième revers en autant de soirs à une formation qui a disputé trois rondes éliminatoires le printemps dernier.

«Depuis mon arrivée chez les Sénateurs, j'ai trouvé tous les duels entre Montréal et Ottawa intenses. On se fiche un peu que ce soit en saison régulière, en séries éliminatoires ou durant le calendrier hors-concours. Les deux équipes veulent toujours gagne», croit l'entraîneur.

«Il n'est jamais facile de jouer au Centre Bell. Ce fut encore difficile ce week-end.»

Vendredi soir, à Ottawa, les Sénateurs ont été obligés de jouer du hockey de rattrapage pour finalement signer une victoire en prolongation.

Samedi, le scénario s'est répété. Ils tiraient de l'arrière par un but au début de la troisième période. Trois buts sans riposte dans les 20 dernières minutes de jeu leur ont permis de s'en tirer avec la victoire.

Mika Zibanejad et David Legwand ont inscrit les deux premiers aux dépens de Carey Price. Chaque fois, Milan Michalek a été complice. Curtis Lazar a complété dans un filet désert alors qu'il restait seulement neuf secondes à écouler.

«Nous n'avons pas connu notre meilleur début de match, a dit MacLean. Nous avons encore une fois écopé d'un trop grand nombre de pénalités à mon goût. Quand le match a progressé, nous avons trouvé une façon de connaître du succès. Et nous avons encore trouvé une façon de gagner.»

Les Sénateurs complètent leur parcours pré-saison avec une fiche quand même respectable de 4-2-1.

Il y a encore eu un peu de grabuge, samedi soir. Vingt-quatre heures après avoir combattu P.K. Subban, Mark Borowiecki a été contraint de jeter les gants à nouveau. Cette fois, il a été opposé au bon copain de Subban, Brandon Prust.

À son dernier test avant la saison, Craig Anderson a été solide. Il a été capable de stopper 28 rondelles durant la soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer