Le contrat de Bobby Ryan prolongé jusqu'en 2022

Bobby Ryan voulait attendre afin de prendre une décision éclairée. (PATRICK WOODBURY, LeDroit)

Agrandir

PATRICK WOODBURY, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Ryan voulait attendre afin de prendre une décision éclairée.

Il n'a pas attendu trop longtemps.

Après avoir signé une prolongation de contrat qui lui rapportera 50,75 millions$ US entre 2015 et 2022, l'ailier américain a déclaré qu'il était prêt à envisager son avenir à long terme dans la capitale du Canada.

«Je suis heureux ici. Nous sommes heureux ici. Nous pourrions difficilement penser à un meilleur endroit où fonder une famille», a-t-il déclaré.

Il n'est pas encore marié. Il s'est fiancé durant l'hiver dernier, durant la pause olympique, au sommet de la tour Eiffel.

Madame a eu son mot à dire dans les négociations. Elle n'aurait pas d'objections à passer quelques années dans un pays étranger.

«Les fans des Sénateurs nous ont vraiment accueillis à bras ouverts. Je ne savais pas à quoi m'attendre l'an dernier, mais je peux vous assurer aujourd'hui que je me sens très bien dans une ville où le hockey est une passion. En plus, les Sénateurs sont sur la pente ascendante. Les gens ont le droit de penser ce qu'ils veulent. Dans le vestiaire, nous sommes confiants.»

Ryan n'a pas eu peur de s'engager à Ottawa.

Les Sénateurs ne sont pas craintifs, non plus. Bryan Murray a payé cher, à l'été 2013, pour faire l'acquisition d'un jeune homme âgé dans la mi-vingtaine qui avait déjà connu quatre saisons de plus de 30 buts dans la LNH.

Il est prêt à parier que Ryan en connaîtra quelques autres à Ottawa et ce, même s'il a subi une intervention chirurgicale délicate à la fin de la dernière saison.

«Nous savons à quel point il sera un joueur important pour nous. Nous savons tous à quel point il est difficile, de nos jours, de marquer des buts dans la LNH. Bobby est capable de marquer des buts importants. Il est capable de s'imposer quand son équipe a besoin de gagner un gros match», estime le directeur général.

Deuxième trio

Reste à voir comment Paul MacLean utilisera son ailier à 50 millions$ US.

Hier, pour une deuxième journée consécutive, Ryan faisait partie de la deuxième vague de l'attaque massive.

Lors des exercices de simulation à forces égales, il évoluait du côté gauche. Les jeunes Mika Zibanejad et Alex Chiasson étaient ses partenaires de jeu.

C'est une recrue, Mark Stone, qui se retrouvait à l'aile droite du premier trio.

«Bobby peut jouer à gauche. Il a joué à gauche dans le passé, argue l'entraîneur-chef. Nous cherchons des combinaisons qui vont nous donner du succès. Ces jours-ci, je trouve que le trio de Mika, Bobby et Chiasson se débrouille plutôt bien...»

«Je sais que Bobby peut connaître du succès avec Clarke MacArthur et Kyle Turris. Au besoin, on peut toujours revenir aux combinaisons qui nous ont permis de connaître du succès dans le passé. En ce moment, je suis à la recherche de combinaisons qui pourraient nous permettre de connaître encore plus de succès dans l'avenir.»

Lorsque son nouveau contrat entrera en vigueur, Ryan deviendra le joueur le mieux payé chez les Sénateurs. En 2015-16, il touchera 750000$US de plus que son capitaine Erik Karlsson.

Puisque ce dossier est réglé, Bryan Murray pourra maintenant diriger son attention vers Marc Méthot. Les négociations avec le défenseur franco-ontarien se poursuivent.

«Je lui ai envoyé une nouvelle offre. J'attends toujours des nouvelles de son agent», a lancé le directeur général hier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer