Les Flyers pris à la légère par les Sénateurs

Le vétéran gardien américain des Sénateurs aurait eu... (ADRIAN WYLD, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le vétéran gardien américain des Sénateurs aurait eu le droit de blâmer ses coéquipiers qui l'ont complètement abandonné. Il ne l'a pas fait.

ADRIAN WYLD, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Paul MacLean avait pourtant bien averti ses joueurs hier avant-midi. «Les gars, les Flyers de Philadelphie devraient vous faire peur.»

> Ne manquez rien sur les Sénateurs et la LNH grâce au blogue de Sylvain St-Laurent

L'avertissement n'a visiblement pas été pris au sérieux.

En soirée, quand les Sénateurs d'Ottawa ont foulé la patinoire du Centre Canadian Tire, ils avaient l'air de penser que ce serait facile. Effort minimum.

Ce qui devait arriver arriva. Leur séquence de cinq parties avec au moins un point a été freinée par une formation de fonds de classement.

Parce qu'ils ont disputé leur pire match de l'année, ils ont été lessivés 5-0.

MacLean n'avait plus de lunettes lorsqu'il s'est présenté devant les journalistes pour faire le bilan de cette triste journée. «Elles ont été brisées», a-t-il simplement répondu.

Il avait l'air plus déçu que choqué.

«Vingt gars ont le droit d'être satisfaits de leur soirée. Ces 20 gars portent le chandail des Flyers. Nos 20 joueurs

ont tous connu un mauvais match. Ce soir, il n'y a pas d'exceptions», a-t-il résumé.

Anderson fait face à la musique

L'entraîneur-chef a pris un gros risque en brisant une combinaison gagnante. Il n'a pas hésité une seule seconde à laisser Robin Lehner au bout du banc, même si ce dernier a mérité la première étoile de la dernière semaine dans la Ligue nationale de hockey.

En trois matches, durant cette semaine, le jeune loup a laissé passer trois buts.

Contre l'équipe qui présentait la pire fiche à l'attaque de toute la LNH, son remplaçant Craig Anderson a été battu cinq fois.

Jakub Voracek a été le meilleur joueur des Flyers. Il avait marqué un seul but dans les 17 premières rencontres de la saison. Il en a inscrit deux hier soir.

Matt Read, Vincent Lecavalier et Brayden Schenn ont complété la marque. Le capitaine Claude Giroux s'est fait voler un but à la toute fin de la deuxième période. Il a quand même obtenu deux mentions d'aide.

Le vétéran gardien américain des Sénateurs aurait eu le droit de blâmer ses coéquipiers qui l'ont complètement abandonné. Il ne l'a pas fait.

«Vous savez quoi? Mon travail consiste à donner à mon équipe une chance de gagner. Et ce, peu importe les circonstances. Ce soir, je dois me regarder dans le miroir et me dire que je n'ai pas été à la hauteur. C'est aussi simple que ça. Je n'ai tout simplement pas fait mon travail», a-t-il balancé aux journalistes un peu surpris.

Pour «donner une chance à son équipe de l'emporter», cette fois, il aurait fallu qu'Anderson soit parfait. Et la perfection, comme chacun sait, n'est pas de ce monde.

Même s'ils avaient connu quelques très mauvaises soirées dans les premières semaines du mois d'octobre, ils n'avaient encore jamais été blanchis.

Steve Mason aura été le premier à réussir cet exploit. Il a surtout été occupé dans les 40 premières minutes de la partie. Il n'a eu qu'à effectuer six arrêts au troisième tiers. La recrue de l'année dans la LNH en 2009 a inscrit son 20e jeu blanc en carrière. Les 19 précédents ont cependant été réussis devant le filet des Blue Jackets de Columbus. C'était son premier avec les Flyers.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer