Les Sénateurs perdent le match et Anderson

Avec 1:32 à faire en prolongation, Anderson a... (SEAN KILPATRICK, La Presse Canadienne)

Agrandir

Avec 1:32 à faire en prolongation, Anderson a été victime d'un contact sévère avec l'attaquant des Stars Valeri Nichushkin. Il a quitté la patinoire sur une civière. Il a semblé recevoir un coup de genou à la tête.

SEAN KILPATRICK, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La bonne nouvelle, c'est que Craig Anderson devrait s'en sortir.

On devrait normalement parler de cette partie que les Sénateurs d'Ottawa ont perdu, dimanche après-midi. Une cinquième défaite consécutive devant leurs partisans. Ils ont été battus 4-3 lors des tirs de barrage par les Stars de Dallas, un autre adversaire qui n'appartient pas à l'élite de la Ligue nationale de hockey.

Toutefois, en quittant le Centre Canadian Tire, les fans parlaient surtout de cet accident survenu durant la période de prolongation. Du gardien qui a été obligé de quitter la patinoire sur une civière.

Anderson avait l'air sérieusement ébranlé à la suite d'une violente collision avec la recrue des Stars Valeri Nichushkine. Il est resté allongé pendant de longues minutes sans bouger. Craignant une blessure à la colonne vertébrale, les paramédics qui sont venus à son secours n'ont même pas osé lui enlever son masque avant de le coucher sur la civière.

Finalement, le gardien américain de 32 ans n'a pas été obligé de se rendre à l'hôpital immédiatement. Il a même réussi à marcher un peu.

Après le match, Paul MacLean a rassuré un peu tout le monde.

«Il ressent des raideurs au cou. Nous en saurons plus long quand il aura été examiné par des médecins à l'hôpital. Je m'attends à ce qu'il demeure à l'écart du jeu pendant un bout de temps. Je ne m'attends pas à ce qu'il soit disponible pour notre prochain match», a-t-il résumé.

Sur la bonne voie

L'entraîneur-chef voulait aussi rassurer les fans quant à la performance de son équipe. Même si elle a encore trouvé une façon nouvelle et originale de perdre, son équipe serait, selon lui, sur la bonne voie.

«Au moins, dit-il, nous nous accrochons.»

Anderson a été présent pour ses coéquipiers quand c'était important. Dans les 20 premières minutes de jeu, les Sénateurs ont alloué 19 tirs aux visiteurs texans. Ces derniers menaient par un seul but. Un miracle.

Les hommes de MacLean, pour une fois, ont réussi à racheter leur mauvais départ. Au deuxième entracte, c'était 2-2. Anderson avait été déjoué par deux joueurs qui n'avaient pas encore marqué cette saison - le vétéran Ray Whitney et le jeune Nichushkine. À l'autre bout de la patinoire, les piliers Erik Karlsson et Jason Spezza avaient déjoué Kari Lehtonen.

Au troisième tiers, une autre catastrophe attendait Ottawa. Fraîchement rappelé de Binghamton pour donner un coup de main à Ottawa, Mark Borowiecki a marqué un but dans son propre filet. Ce but a été porté à la fiche d'un autre membre des Stars qui n'avait pas encore marqué cette saison, le Français Antoine Roussel.

Le but qui a permis aux Sénateurs de ramasser un point au classement a été marqué par Bobby Ryan alors qu'il restait 10 secondes à écouler au troisième tiers.

«Ce que je retiens de cette partie, c'est que nous avons trouvé une façon de rebondir. Nous ne l'avons pas fait souvent cette saison», a-t-il affirmé après la partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer