Pas de calibre contre les Sharks

Les Sharks menaient 2-0 après six minutes de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Les Sharks menaient 2-0 après six minutes de jeu en première période et ont déclassé les Sénateurs hier, à Ottawa. Les Sénateurs ont dû jouer du hockey de rattrapage pendant tout le match, qu'ils ont perdu 5-2.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la maison, comme à l'étranger, les Sénateurs d'Ottawa ne sont pas de calibre pour les puissantes formations californiennes de la Ligue nationale de hockey.

> Réagissez dans le blogue de Sylvain St-Laurent

Vendredi, après avoir été battus par les Ducks d'Anaheim, les hommes de Paul MacLean avaient promis de rebondir. Ils n'ont pas rebondi bien haut. Hier, ils ont été complètement déclassés par les Sharks de San Jose. Ils ont tiré de l'arrière du début à la fin avant de finalement s'incliner 5-2.

Après la partie, dans le vestiaire, les visages étaient longs. Ceux qui ont osé se pointer devant les journalistes avaient presque le goût de s'excuser.

«Si c'est ça, notre façon de jouer, l'année sera longue», a lancé un Jason Spezza dégoûté.

Pourtant, les astres étaient alignés pour que les Sénateurs connaissent du succès contre les Sharks et contre les Ducks.

Dans les deux cas, ils avaient la chance d'accueillir des adversaires fatigués. Les Ducks avaient joué à Montréal, jeudi, avant de se présenter au Centre Canadian Tire. Les Sharks avaient à leur tour visité le Centre Bell, samedi, avant d'emprunter l'autoroute 417.

«Toutes ces histoires de deux parties en deux soirs peuvent être exagérées. L'équipe qui dispute deux parties en autant de jours n'est pas nécessairement plus fatiguée. Nous avons nous-même connu beaucoup de succès quand nous avons eu à jouer deux matches en autant de jours dans le passé", croit le défenseur Marc Méthot, un des rares joueurs du club perdant à n'avoir pas eu l'air trop mauvais hier soir.

Le premier de Méthot

Méthot a marqué son premier but de la saison devant quelques dirigeants de l'équipe olympique canadienne. «Quand j'ai marqué mon but, j'étais très content. Malheureusement, ce sentiment est parti. Je ne suis pas différent des fans. Je vais retenir le résultat de la partie avant le nom des joueurs qui ont marqué.»

Erik Karlsson a marqué l'autre but des Sénateurs dans la défaite.

Tout comme les Ducks, les Sharks avaient envoyé dans la mêlée un gardien recrue qui n'avait encore jamais entrepris un match dans la LNH. L'entraîneur-chef Todd McLellan pensait que cette décision de miser sur l'Américain Alex Stalock pouvait être payante. «Je crois que les gars vont puiser encore plus loin dans leurs réserves d'énergie. Ils vont vouloir gagner cette partie pour Alex», avait-il affirmé avant la rencontre.

Stalock, en bout de ligne, a été obligé de stopper 38 rondelles pour aller chercher la victoire.

«Nous avons décoché suffisamment de lancers, croit MacLean. Je ne suis cependant pas convaincu que nous avons obtenu assez de bonnes chances de marquer.»

Les Sharks, détenteurs du premier rang du classement général, ont eu besoin de tous leurs trios pour l'emporter. Cinq joueurs différents - Tomas Hertl, Andrew Desjardins, Tommy Wingels, James Sheppard et Joe Pavelski - ont déjoué Craig Anderson.

Le but de Hertl, celui qui a lancé le bal, a été inscrit dans la deuxième minute de la partie.

«Le vrai problème, c'est que nous avons encore joué du hockey de rattrapage tout au long de la soirée», a complété MacLean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer