MacLean s'attend à ce que Spezza joue contre les Kings

Jason Spezza... (PATRICK WOODBURY, LeDroit)

Agrandir

Jason Spezza

PATRICK WOODBURY, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Avant de se taper cinq ou sixheures d'avion vers Hollywood, Jason Spezza a obtenu congé d'entraînement hier matin alors que les Sénateurs jouent de prudence avec les problèmes d'étirement de l'aine qui l'ont incommodé pendant le camp.

Le capitaine devrait cependant être en mesure d'affronter les Kings demain soir, c'est en tout cas ce que l'entraîneur-chef Paul MacLean a indiqué lors de son point de presse quotidien.

«Journée de traitement pour lui, mais il devrait pouvoir jouer, à ce que je sache», a dit MacLean.

«Les parties sont ce qu'il y a de plus important, mais les pratiques ont leur importance aussi. Mais il est tôt dans la saison et il vaut mieux prendre des précautions pour s'assurer que nos gars soient prêts à jouer les matches, c'est plus important», a-t-il ajouté.

Spezza, qui ne s'est pas présenté devant les journalistes après l'entraînement, a compté un but lors des deux premières parties du calendrier régulier, soit samedi à Toronto.

MacLean

MacLean a laissé entendre qu'il n'était pas nécessairement satisfait de son jeu contre les Leafs et vendredi à Buffalo.

«Il a montré que si vous manquez une grosse partie du camp d'entraînement et que vous n'avez pas la chance de patiner (autant que les autres), ça va paraître dans votre jeu. Le rythme de son jeu n'était pas où nous souhaitons qu'il soit», estimait-il.

Pour l'entraînement d'hier, Stéphane Da Costa, laissé de côté samedi à la faveur de Matt Kassian, a remplacé Spezza entre Bobby Ryan et Milan Michalek. Zack Smith était au centre du troisième trio, entre Chris Neil et Colin Greening, alors que Jean-Gabriel Pageau était avec Eric Condra et Kassian.

En plus de chercher à retrouver la forme, Spezza va avoir du travail à faire hors glace au cours de ce voyage dans l'Ouest alors qu'un tel périple tôt en saison sert habituellement à resserrer les liens entre coéquipiers.

«Nous allons avoir beaucoup de temps pour nous regrouper et apprendre à nous connaître, autant dans l'avion que sur la route. Il n'y a pas beaucoup de distractions, à part celles que vous créez avec vos coéquipiers. C'est habituellement une bonne chose et on a hâte de jouer ces matches. Il faut aller à l'étranger à un moment donné et aussi bien le faire tôt dans la saison, au lieu de redouter un tel voyage en février ou mars», soulignait à ce sujet le gardien Craig Anderson.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer