Turris ne se pète pas les bretelles

Kyle Turris célèbre son but contre les Maple... (Frank Gunn, La Presse Canadienne)

Agrandir

Kyle Turris célèbre son but contre les Maple Leafs de Toronto avec le défenseur Jared Cowen.

Frank Gunn, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Kyle Turris pourrait facilement affirmer qu'il est satisfait de son rendement jusqu'ici. On le comprendrait.

> Réagissez dans le blogue de Sylvain St-Laurent

Il a récolté une mention d'aide vendredi soir à Buffalo. Il a récolté trois points de plus, samedi, dans la défaite de 5-4 en tirs de barrage de son équipe face aux Maple Leafs de Toronto. Si les Sénateurs d'Ottawa sont rentrés de leur premier voyage de la saison avec une récolte satisfaisante de trois points, c'est en grande partie grâce à lui.

Turris n'a pas envie de se péter les bretelles. «Ce serait prématuré. C'est justement ça, le problème. Nous avons juste joué deux matches jusqu'à maintenant», rappelle-t-il.

«La saison dernière, après deux parties, j'avais déjà marqué quatre buts. Après, ça s'est mis à moins bien aller. Et j'ai traversé une assez longue période creuse.»

En fait, Turris se trompe légèrement. En 2012-2013, il a marqué son quatrième but à son quatrième match. Il a cependant bien raison quand il parle d'une longue période creuse. Il avait disputé 21 parties consécutives, entre le 27 janvier et le 11 mars, sans toucher la cible.

Vingt-et-une parties, dans une saison écourtée qui n'en comptait que 48, c'est digne de mention.

«Durant cette saison, j'ai appris qu'il ne fallait pas baisser les bras quand ça ne fonctionne pas très bien.»

Il y a quand même des circonstances atténuantes. Des circonstances qui ont été largement documentées.

La saison dernière, après le match numéro cinq, les Sénateurs ont perdu leur centre numéro un. Sur la table d'opération, Jason Spezza devait faire un trait sur sa saison.

Turris est devenu, de facto, le centre numéro un de son équipe. Les chaussures qu'on lui avait laissées étaient peut-être trop grandes pour lui.

Un gros défi

«C'était vraiment un gros défi pour lui. Du coup, il devait affronter chaque soir les meilleurs défenseurs des équipes adverses. Il n'avait jamais eu à se mesurer à des défenseurs de ce calibre. Il a essuyé des critiques qui étaient injustifiées. Kyle est un très bon joueur de hockey. Puisque je suis de retour en santé, je prédis qu'il va connaître une très bonne saison», lance Spezza.

En deux parties, jusqu'ici, le trio de Turris a un peu volé la vedette à celui de Spezza.

Même le capitaine le reconnaît.

«Le trio de Kyle a été le plus efficace de notre équipe jusqu'ici. Ils ont tout de suite tissé des liens au début du camp d'entraînement. Ils utilisent très bien leur vitesse», note le capitaine.

Turris et ses partenaires de jeu ont été sur la glace lors des trois premiers buts marqués aux dépens de James Reimer, samedi. Le centre a ouvert la marque. Puis, Cory Conacher a enchaîné. Turris et MacArthur ont préparé le but de Jared Cowen un peu plus tard.

«C'est vrai que les choses vont bien mais il y a toujours moyen de s'améliorer, dit Turris. Dans les prochains matches, nous devrons par exemple être plus intelligents avec la rondelle.»

Les Sénateurs ont obtenu congé d'entraînement, hier. Ils seront de retour sur la glace ce matin avant de s'envoler vers la côte ouest américaine.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer