Spezza réalise un rêve d'enfance

Jason Spezza est devenu samedi le capitaine des... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Jason Spezza est devenu samedi le capitaine des Sénateurs d'Ottawa. Il sera épaulé par l'attaquant Chris Neil et le défenseur Chris Phillips.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau capitaine des Sénateurs d'Ottawa, Jason Spezza, est un homme d'expérience. Dans la Ligue nationale de hockey depuis maintenant 11 ans, il a pratiquement tout vu. Dans la capitale depuis le premier jour, il a pris le temps d'apprendre à bien connaître les lieux et les gens qui y habitent.

Il lui manque juste un peu d'expérience comme capitaine.

Le centre de 30 ans a figé, samedi après-midi, quand on lui a demandé de parler de la dernière fois où il a porté un « C » sur son chandail.

« Ma dernière expérience ? Ouf... Je crois que c'était dans la catégorie bantam. Ça fait longtemps », a-t-il reconnu.

Entre 1998 et 2002, Spezza a porté les couleurs de quatre différentes équipes dans la LHOntario. Lors de ses deux années dans la Ligue américaine, il était un peu trop jeune pour s'imposer parmi des pros. Enfin, quand il s'est installé pour de bon à Kanata, il a été coincé derrière un leader qui était aussi un monument.

Il se sent prêt à relever le défi.

« Tous les garçons qui grandissent au Canada rêvent de devenir, un jour, le capitaine d'une équipe de la LNH. Je peux vous assurer que je réalise un rêve d'enfance aujourd'hui », déclare-t-il.

Le rêve a bien failli ne jamais se réaliser. En conférence de presse, on lui a rappelé que, pas plus tard qu'en 2010, il a été hué par ses propres partisans.

« J'ai vécu des hauts et des bas durant ma carrière.

« Ça m'a préparé à jouer le rôle de capitaine. J'ai été obligé d'évoluer dans les ligues mineures pendant un certain temps.

« Ça m'aide à mieux comprendre les jeunes qui sont dans les mineures aujourd'hui. J'ai connu du succès en séries éliminatoires. J'ai aussi eu des ennuis en séries. Tout ça va me servir », a-t-il réagi.

« Je me sens parfaitement à l'aise d'accepter le titre de capitaine aujourd'hui parce qu'il m'est venu tout naturellement. Personne ne me l'a imposé à une époque où je n'étais pas prêt », a-t-il conclu.

Grandir

Quand Spezza a enfilé son chandail de capitaine des Sénateurs pour la première fois, il était entouré des deux joueurs qui seront ses adjoints en 2013-2014, Chris Phillips et Chris Neil.

Le directeur général Bryan Murray et l'entraîneur-chef Paul MacLean ont également pris la parole durant la conférence de presse.

Les deux dirigeants auraient pris leur décision finale tôt samedi matin. Ils auraient annoncé la nouvelle aux joueurs concernés au terme de leur séance d'entraînement.

« Jason a passé toute sa carrière ici. Lors de la dernière saison complète de 82 parties, il a été le quatrième meilleur marqueur de la LNH. Il est un homme de famille. En lui confiant le rôle de capitaine, il aura la chance de continuer à grandir comme joueur et comme individu. Tous ces facteurs ont motivé ma décision », a expliqué MacLean.

« Les Sénateurs d'Ottawa ont toujours été représentés par de grands leaders, par de grands capitaines. Je suis convaincu que la tradition sera maintenue », a pour sa part indiqué Murray.

Spezza devient le huitième capitaine de l'histoire moderne des Sénateurs.

On se souvient surtout du dernier. Et non, les - inévitables - comparaisons avec Daniel Alfredsson n'effraient pas trop son successeur.

« J'ai confiance en mes moyens. Je suis à l'aise car j'hérite d'une bonne équipe unie. Tous les joueurs s'entendent bien. Oui, nous avons perdu Alfie, mais je suis convaincu que je peux faire du bon travail.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer