L'avenir de Latendresse se dessine ailleurs

Guillaume Latendresse a marqué deux buts au cours... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Guillaume Latendresse a marqué deux buts au cours de la saison régulière dans l'uniforme des Sénateurs.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Pittsburgh) Guillaume Latendresse a célébré son 26e anniversaire de naissance, hier. Ça n'a pas été une journée mémorable.

Il est bien sorti souper dans un restaurant du centre-ville de Pittsburgh, jeudi soir. Ses coéquipiers qui l'accompagnaient ignoraient qu'il s'apprêtaient à vivre une journée spéciale. De toutes façons, à la veille d'une partie cruciale, le temps était un peu mal choisi pour faire la fête.

Hier matin, quand l'ailier québécois s'est présenté à l'aréna, il savait fort bien ce qui l'attendait.

Paul MacLean n'a même pas songé un moment à l'insérer dans la formation en remplacement du blessé Mark Stone. Il lui a plutôt demandé de rester sur la patinoire au terme de la courte séance de patinage matinale. En compagnie des autres réservistes, le fêté a subi les éreintants exercices de patinage supplémentaires.

« Ce qu'on me souhaite pour ma fête ? La santé, peut-être ? Oui, je pense que ça va être la première chose. La santé autour de moi. La santé pour ma famille, pour le bébé qui s'en vient... Le reste va suivre », a-t-il répondu au représentant du Droit, à son retour au vestiaire.

Quand il parle du reste, Latendresse parle bien entendu de sa carrière.

S'il se retrouvait parmi les réservistes, quelques heures avant le match le plus important de la saison, c'est que la direction des Sénateurs n'a pas été complètement satisfaite du travail accompli par celui qu'elle a embauché à titre de joueur autonome l'été dernier.

L'avenir ailleurs ?

Le joueur en question estime qu'il est encore un peu tôt pour parler de son avenir, mais force est de constater qu'il se dessine ailleurs. Il choisit pour l'instant de se concentrer sur ses bons coups plutôt que de se remémorer ses échecs.

« Je finis l'année en santé. Je me sens bien. Juste ça, c'est positif », explique celui qui avait disputé seulement 27 parties, entre le 1er octobre 2010 et le 1er mai 2012, dans l'uniforme de son ancienne équipe, le Wild du Minnesota.

« Cette année, j'ai raté un mois pour un problème que je n'avais pas. J'aurais pu revenir au jeu deux jours après avoir subi ma blessure si je m'étais adressé au bon spécialiste tout de suite. Dans un sens, c'est ce que je voulais. J'ai réussi à jouer davantage durant une saison écourtée de 48 parties qu'au cumulatif des deux saisons précédentes. Il y a du positif partout... »

- Et les performances ? Avez-vous l'impression d'avoir respecté vos promesses à ce niveau ?

« Je n'avais à peu près pas joué au cours des deux dernières années.

« Je voulais juste revenir comme du monde, me sentir bien sur la glace. Pour certaines équipes, ce que j'ai apporté aurait été amplement suffisant. Ailleurs, je serais encore dans la formation débutante. Je n'aurais pas raté de games. Ici, ça s'est passé différemment. Je suis quand même satisfait. J'ai pris un step en avant. »

L'ancien espoir de premier plan prend le temps de réfléchir quand on lui demande si la décision de se joindre aux Sénateurs l'été dernier a été la bonne. Il finit par affirmer qu'il ne regrette rien.

« J'ai eu plus de soutien. Beaucoup de gens m'ont rendu visite durant la saison. C'est certain que je m'attendais à jouer un plus grand rôle. J'aurais bien aimé qu'on me donne la chance de jouer avec Spezza. Au fond, le temps nous dira si c'était une bonne décision. »

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer