L'intensité peut-elle encore augmenter, entre Ottawa et Montréal?

Erik Gryba revient dans la mêlée

Erik Gryba ne sait pas trop s'il sera... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Gryba ne sait pas trop s'il sera un joueur ciblé à son prochain match contre le Canadien.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partager

On n'a peut-être pas encore réalisé à quel point le match présenté dimanche soir à la Place Banque Scotia a été violent.

En tout, 236 minutes de pénalité ont été décernées durant cette rencontre. À titre de comparaison, les officiels qui travaillaient lors du tristement célèbre match du Vendredi saint entre le Canadien de Montréal et les Nordiques de Québec avaient décerné environ 250 minutes de pénalité. Et on parle toujours des fâcheux incidents qui sont survenus sur la patinoire du vieux Forum, près de 30 ans plus tard!

Hier, pour permettre à leurs joueurs de se remettre de leurs émotions, Paul MacLean et Michel Therrien ont laissé savoir à leurs joueurs que la participation aux séances d'entraînement était facultative.

Une douzaine de joueurs de chaque formation, à peine, ont patiné.

On se prépare à vivre une autre soirée turbulente?

Le match numéro quatre de la série sera présenté ce soir. Lors de ce match, on pourrait assister au retour dans la formation débutante d'Eric Gryba.

L'entraîneur-chef des Sénateurs n'a pas offert de garanties, mais il faudra quelqu'un pour remplacer Patrick Wiercioch, qui a subi une blessure au «bas du corps» dimanche soir.

La dernière fois qu'on a vu Gryba sur une patinoire, il a blessé l'attaquant montréalais Lars Eller avec une rude mise en échec en plein centre de la patinoire. Mise en échec qui lui a valu une suspension de deux parties, qu'il a purgée durant le week-end.

On se souvient aussi des joueurs du Canadien qui, après l'incident, avaient formulé le souhait que Gryba ne soit pas suspendu. On présume que Brandon Prust, par exemple, rêvait de régler ses comptes avec celui qui a blessé son coéquipier.

«Si Eric joue demain soir, je serais très curieux de voir la réaction des joueurs du Canadien. Ce serait vraiment très intéressant», dit MacLean sur un ton de défi.

«Moi, en tous cas, si je décide d'utiliser Eric dans le match numéro quatre, je lui demanderai simplement de continuer à faire tout ce qu'il faisait avant d'être suspendu. Rien de plus, rien de moins. Il est gros, il est fort, il peut se montrer très robuste et il peut contrôler le centre de la patinoire. Tout ce que je veux, c'est qu'il continue de jouer comme il est capable.»

Gryba s'est présenté devant les journalistes, hier après-midi. Contrairement à son habitude, il n'a offert que des réponses brèves. Il a quand même dit qu'il avait apprécié le spectacle, dimanche soir. La rivalité commence à lui rappeler celle qui l'a fait vibrer durant ses années universitaires, entre Boston University et Boston College.

Au sujet de sa suspension, il n'a presque rien dit.

«J'ai tourné la page.»

Gryba ne sait pas trop s'il sera un joueur ciblé à son prochain match contre le Canadien.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer