L'indiscipline et la fusillade coulent les Sénateurs

Lars Eller a servi une belle feinte à... (CHRISTINNE MUSCHI, Reuters)

Agrandir

Lars Eller a servi une belle feinte à Robin Lehner en fusillade.

CHRISTINNE MUSCHI, Reuters

Partager

(MONTRÉAL) Des mordus de statistiques pensent qu'en jouant pour ,500 d'ici la fin de la saison régulière, les Sénateurs d'Ottawa obtiendront leur ticket d'entrée pour les séries éliminatoires.

Il existe deux façons d'atteindre cet objectif. La méthode conventionnelle consiste à gager la moitié des matches. La méthode nouvelle, moderne, consiste à récolter la moitié des points qui sont à l'enjeu en s'inclinant chaque soir en prolongation.

Avec leur force de caractère, les Sénateurs ont comblé un déficit de deux buts sur la patinoire du Centre Bell, hier soir. Ils n'ont pas été capables de compléter le travail, cependant. Ils ont fini par s'incliner, 4-3, lors des tirs de barrage.

L'entraîneur-chef Paul MacLean était satisfait. «Nous venons d'affronter l'équipe qui détient le premier rang au classement de l'Association Est. Dans notre match précédent, nous avons affronté l'équipe qui possède le meilleur taux de victoires dans l'Association Est. Récolter deux points dans une série de deux matches contre le Canadien de Montréal et les Bruins de Boston, ce n'est pas si mal», commente-t-il.

Ses joueurs, en revanche, commencent à en avoir marre d'encaisser des défaites au terme de matches aussi serrés. «On comprend que tous les points sont importants dans une saison écourtée. C'est quand même décevant. À la fin d'une soirée où tu travailles fort, tu aimerais récolter le deuxième point une fois de temps en temps», dit Mika Zibanejad.

Les Sénateurs, qui éprouvent toujours autant de difficultés à l'attaque, ont quand même réussi à marquer trois buts dans cette partie. Grâce à ces buts marqués, Erik Karlsson ne détient plus, tout seul, le titre de meilleur buteur de son équipe.

Il n'est pas trop tôt, il n'a pas joué depuis maintenant un mois!

Deux de ses compatriotes, Zibanejad et Daniel Alfredsson, l'ont rejoint. Chacun leur tour, ils ont enfilé leur sixième but de la saison hier soir.

Zibanejad a inscrit le premier but de son équipe, en première période. Il s'agissait de son troisième en six parties. Il semble de plus en plus à l'aise dans la LNH.

Alfredsson a démontré beaucoup de confiance, lorsqu'il a marqué son but, alors qu'il restait moins de deux secondes à écouler à la deuxième. Au départ, il était seul à penser qu'il avait marqué. Il gardait les deux bras en l'air, fixant droit dans les yeux l'arbitre qui lui disait que son tir n'avait jamais pénétré le filet du Canadien.

La reprise vidéo lui a donné raison.

«Ce but nous a donné beaucoup de momentum. Au lieu de rentrer au vestiaire avec un déficit de deux buts à combler au deuxième entracte, nous avons pu nous concentrer sur le but qu'il nous manquait», explique Paul MacLean.

Le but égalisateur a été marqué par Patrick Wiercioch au troisième tiers. Carey Price lui a fait un cadeau.

La réplique des Glorieux est venue de Brendan Gallagher, P.K. Subban et Lars Eller.

L'indiscipline a coûté cher aux Sénateurs. Deux des trois buts du Canadien ont été marqués avec l'avantage d'un homme

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer