Karlsson en veut encore à Cooke

Erik Karlsson quitte la patinoire de peine et... (Associated Press)

Agrandir

Erik Karlsson quitte la patinoire de peine et de misère après avoir eu un tendon d'Achille sectionné par Matt Cooke, des Penguins.

Associated Press

Partager

Sur le même thème

Erik Karlsson a beau croire que Matt Cooke n'a pas intentionnellement mis fin à sa saison avec un coup de patin. Le défenseur étoile des Sénateurs ne pardonne pas pour autant la peste des Penguins pour son geste.

« La situation aurait pu être prévenue, ça ne serait pas arrivé si c'était un autre genre de joueur, mais je ne pense pas que son intention était de me couper avec son patin, je refuse de croire ça. Mais je pense quand même que cette situation aurait pu être évitée », a-t-il déclaré un peu paradoxalement hier matin, lors de sa première rencontre avec la presse depuis le match du 13 février à Pittsburgh où son tendon d'Achille a été sectionné.

« Il m'a envoyé un texto, mais je n'y ai donné aucune importance. Je ne lui ai pas répondu et on va laisser ça là. Je ne pense pas qu'on ait quoi que ce soit à se dire. Au moins il a essayé, ce à quoi je ne m'attendais pas... Il me cherchait depuis que je suis arrivé dans la ligue, j'étais toujours conscient de sa présence quand il était sur la glace. C'est un accident bizarre, mais ça n'aurait pas dû arriver et ça n'a rien à voir avec la rondelle qui avait été dans le filet protecteur juste avant... Il sort sa jambe et il n'a aucune raison de faire ça. Il a le plein contrôle de son corps et il sait ce qu'il fait, et c'est pourquoi je suis assis ici avec ma jambe dans une botte », a ajouté Karlsson.

Cooke, qui n'a pas parlé aux journalistes de Pittsburgh hier pour répliquer, s'était bien défendu après coup d'avoir intentionnellement cherché à blesser celui que plusieurs considéraient comme le meilleur joueur de toute la LNH en ce début de saison.

Le récipiendaire du trophée Norris la saison dernière, auteur de 6 buts et 10 points en 14 matches cette saison, est confiant qu'il pourra revenir au même niveau de jeu à son retour, qui n'est pas prévu avant quatre à six mois.

« Je ne me sens pas trop mal, au moins je sens mon pied maintenant. Je ne peux rien faire d'autre que m'asseoir sur le sofa et regarder le golf pour l'instant. Mais je vais être de retour, reste à voir quand. Certainement la saison prochaine. Pour l'instant, c'est difficile à dire parce que je ne peux rien faire. Quand je vais revenir, je vais être à 100 % et peut-être même en meilleure forme qu'avant », a-t-il indiqué également.

L'arrière de 22 ans entend rester le plus positif possible à travers cette épreuve, la première blessure sérieuse de sa carrière.

« Je ne peux pas baisser la tête à cause de ce qui est arrivé, ça ne ferait qu'empirer les choses. Je dois demeurer positif. Je vais être un gars heureux lorsque je vais me promener dans le vestiaire. C'est mieux à la maison aussi si je suis de bonne humeur, ma femme m'apprécie plus dans ce temps-là », a-t-il lancé en riant.

Les médecins qui l'ont opéré l'ont assuré qu'il sera en mesure de revenir au même niveau de jeu, et il a entendu parler des joueurs du circuit Bettman comme Kevin Bieksa et Teemu Selanne qui sont revenus au jeu sans problème après avoir eu la même blessure, même si aucun d'entre eux ne l'a appelé directement. « Certains joueurs ont eu ça encore pire que moi et ils jouent très bien maintenant. On me dit que ce n'est pas plaisant au début, mais à long terme, ce n'est pas si pire, vous devez juste bien faire la réhabilitation, travailler fort chaque jour, et vous allez être 100 %. Je n'ai aucune crainte pour mon avenir », a-t-il noté.

Après sa blessure, il a été beaucoup question à travers la LNH des bas de protection faits de produits comme le kevlar qui sont sur le marché, et que Karlsson ne portait pas lorsqu'il a été blessé.

« Probablement que vu que ceci m'est arrivé, je vais les porter à l'avenir. J'espère qu'ils vont arriver à développer quelque chose qui va faire à tout le monde. Présentement, je pense qu'il n'y a qu'une sorte de bas en kevlar, et tout le monde est différent. Je n'avais pas l'intention d'en porter avant parce que ce n'est pas assez confortable pour moi. Ça va changer ma façon de voir les choses, car ce n'est pas plaisant de se faire couper, et peut-être que ça va inciter d'autres joueurs à faire de même », estime-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer