Les Penguins ont le dernier mot sur les Sénateurs

Anderson flanche en fusillade

Craig Anderson, le gardien des Sénateurs, n'a pu... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Craig Anderson, le gardien des Sénateurs, n'a pu arrêter les tirs des Penguins en fusillade. Ces derniers l'ont emporté 2-1

La Presse Canadienne

Partager

Craig Anderson a été le premier joueur à se présenter devant les journalistes, après le match d'hier soir. Il voulait s'excuser publiquement pour sa performance dans la défaite de 2-1 que son équipe venait d'encaisser, en tirs de barrage, contre les Penguins de Pittsburgh.

«Visiblement, j'ai laissé tomber mes coéquipiers», a-t-il déclaré.

Lors du concours d'échappées, l'entraîneur-chef des Penguins Dan Bylsma lui a opposé trois grosses pointures. Chacun leur tour, James Neal, Sidney Crosby et Evgeni Malkine l'ont déjoué.

«Je n'ai même pas été capable de réussir un seul arrêt, rage Anderson. C'est malheureux pour mes coéquipiers qui ont réussi à marquer deux buts lors de nos trois premiers lancers. Quand les gars me donnent deux buts lors des tirs de barrage, ça devrait me suffire.»

«Je ne suis vraiment pas satisfait de ma performance. Je peux faire beaucoup mieux.»

Le capitaine Daniel Alfredsson n'était pas présent pour réconforter le gardien qui a stoppé 33 rondelles lors des 65 minutes de jeu qui ont précédé la fusillade. Grippé, il n'a pas affronté les Penguins.

C'est Jason Spezza qui a pris la défense du gardien dans le vestiaire.

«Moi, je crois qu'il a été pas mal bon. S'il continue à jouer de cette façon, nous n'aurons pas trop d'ennuis cette saison. Il ne doit surtout pas oublier qu'il a été confronté à trois joueurs d'élite durant les tirs de barrage. En ce qui me concerne, Andy a joué un autre très bon match.»

Pour remplacer Alfredsson, Paul MacLean a fait appel à Guillaume Latendresse.

L'attaquant québécois a raté le match de vendredi soir à Tampa en raison d'une blessure. À son retour au jeu, même s'il a passé moins de 12 minutes sur la patinoire, il a réussi à décocher quatre lancers au but.

Quand il restait moins de cinq minutes à écouler à la troisième période, Marc-André Fleury lui a carrément volé un but en étirant la jambière.

Après la partie, l'ailier québécois des Sénateurs a poliment décliné les demandes d'entrevue.

L'absence d'Alfredsson a poussé MacLean à modifier ses combinaisons à l'attaque. Sa première décision aura été de réunir Spezza, Milan Michalek et Colin Greening au sein du même trio.

Plus de détails dans LeDroit du 28 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer