Les Sénateurs trouvent une façon de vaincre les Panthers

Anderson encore très solide

Craig Anderson a battu les Panthers de la Floride. Encore une fois. (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partager

Craig Anderson a battu les Panthers de la Floride. Encore une fois.

Quand le gardien de buts numéro un des Sénateurs d'Ottawa s'est installé devant son filet, hier soir, il présentait une fiche de 8-0-1, une moyenne de buts alloués de 1,98 et un taux d'efficacité de 93,9 %, en carrière, contre le club qui représente la grande région de Miami et Fort Lauderdale.

En stoppant 24 des 25 lancers dirigés vers lui dans les 60 minutes de jeu qui ont suivi, en menant son équipe à une victoire de 3-1, il a encore trouvé une façon d'améliorer sa fiche.

« La séquence de victoires, c'est une affaire pour les journalistes. Ce soir, nous avons trouvé une façon de gagner et c'est tout ce qui compte. Tant mieux si je peux vous donner des choses intéressantes à écrire », a-t-il dit, avant de quitter le BB & T Center.

Les Sénateurs conservent leur fiche parfaite après trois parties, donc, mais il faut reconnaître qu'ils n'ont pas encore subi un véritable test.

Les Panthers évoluent dans la Ligue nationale de hockey depuis maintenant 20 ans, mais on ne se souvient pas d'une seule saison où leur groupe d'attaquants a semé la terreur chez les équipes adverses.

En ce début de saison écourtée, l'attaque floridienne semble plus timide que jamais.

Avec Sean Bergenheim, Marcel Goc et Kris Versteeg sur le carreau, l'entraîneur-chef Kevin Dineen devait déjà se débrouiller sans trois de ses six meilleurs attaquants. La situation s'est gâtée davantage lorsque le centre numéro un Stephen Weiss est allé les rejoindre sur la liste des blessés.

Weiss a déclaré forfait en milieu de journée. Il aurait subi une blessure au « bas du corps » qui, selon la direction des Panthers, ne serait pas trop sérieuse.

Très discret cette semaine lors des parties disputées à Ottawa et à Montréal, Alex Kovalev a décidé de prendre les choses en main. Il a été à l'origine de la plupart des chances de marquer de son équipe. Ses partenaires de trio ne l'ont pas beaucoup aidé.

Tomas Fleischmann a été le seul à déjouer Anderson, lors d'une supériorité numérique, en première période.

« Il ne faut pas s'arrêter à cela. Je vous ai déjà dit que tout peut arriver dans cette saison écourtée. Nous n'affrontons que des équipes de notre conférence. Pour moi, chaque match est un match de quatre points », dit Chris Phillips.

Les Sénateurs n'ont pas trop eu besoin de leurs attaquants dans cette partie. Leurs deux premiers buts ont été marqués par des défenseurs.

Les Panthers ont eu les devants pendant environ trois minutes. Phillips a créé l'égalité en inscrivant le 16e but de sa carrière en supériorité numérique.

Déjà, ça sentait la victoire chez les Sénateurs. Parce que les Sénateurs présentent une fiche de 47-11-4 depuis 1997 quand le vétéran défenseur marque au moins un but.

En milieu de deuxième période, Erik Karlsson a marqué son deuxième but de la saison.

Jason Spezza a complété la marque dans un filet désert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer