Alfredsson heureux avec 50 matches

Daniel Alfredsson croit que tout le monde gagnerait... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Daniel Alfredsson croit que tout le monde gagnerait à avoir une saison plus courte. «Je pense sincèrement que ça nous permettrait d'offrir un produit de meilleure qualité aux fans. Le hockey serait meilleur.»

Étienne Ranger, LeDroit

Partager

«Tous les joueurs de hockey aimeraient choisir de leur propre chef le jour où ils accrocheront leurs patins. J'ai connu des gars qui ont été obligés d'arrêter parce qu'ils étaient blessés. D'autres avaient des raisons personnelles de passer à la prochaine étape. Personnellement, si un conflit de travail m'avait poussé à la retraite, j'aurais été très déçu.»

Le capitaine des Sénateurs, Daniel Alfredsson, n'encaissera pas son premier chèque de pension dans les prochains jours. Quand le «pré-camp» a pris son envol, hier matin, il était le premier joueur sur la patinoire.

Et personne n'était surpris.

Quand on parle de «pré-camp», on parle des rencontres quotidiennes des joueurs au Sensplex qui se poursuivent. Avec le retour au boulot qui est imminent, on sent que l'intensité a monté d'un cran.

Alfredsson assure qu'il se sent bien. Les maux de dos qui l'ont embêté un peu cet automne l'ont lâché.

On lui a demandé si la saison écourtée lui offrirait une belle opportunité de faire un dernier tour de piste dans la LNH. Il a répondu qu'il n'y a même pas encore pensé.

Tout comme l'an dernier, l'ailier maintenant quadragénaire devra répondre à des questions portant sur sa fin de carrière passablement souvent.

Pour l'instant, il se contente de dire qu'une saison de 48 ou de 50 parties lui convient parfaitement.

«Si je pouvais préparer le calendrier, la saison régulière de la LNH serait de 50 parties chaque année, affirme-t-il. Je ne dis pas ça parce que je suis un des joueurs les plus âgés et parce que j'ai besoin de repos. Je pense sincèrement que ça nous permettrait d'offrir un produit de meilleure qualité aux fans. Le hockey serait meilleur.»

Alfredsson était debout aux aurores, dimanche matin, lorsque le lock-out a officiellement pris fin. Il s'était engagé à diriger la séance d'entraînement de hockey très matinale d'un de ses fils. Son ancien coéquipier Rob Zamuner qui est aujourd'hui un employé de l'Association des joueurs lui a envoyé un texto pour lui annoncer la bonne nouvelle.

Plus de détails dans LeDroit du 8 janvier 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer