• Le Droit > 
  • Sports > 
  • LNH 
  • > Lafleur: «Brière devrait prendre sa retraite et revenir après» 

Lafleur: «Brière devrait prendre sa retraite et revenir après»

Insatisfait de son utilisation par l'entraîneur, Guy Lafleur... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Insatisfait de son utilisation par l'entraîneur, Guy Lafleur avait pris sa retraite à l'âge de 33 ans pour revenir au jeu quatre ans plus tard.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guy Lafleur n'en est pas à ses premiers commentaires qui font jaser à travers le Québec et la planète hockey.

Hier, au lendemain d'un passage à Sherbrooke où il avait écorché les francs tireurs du Canadien Thomas Vanek et Max Pacioretty, le Démon blond est venu faire un saut dans sa région natale pour la Classique de golf René-Brazeau au profit de la Société Alzheimer de l'Outaouais québécois, et il en a rajouté.

L'ambassadeur du Tricolore a dit sympathiser avec le Gatinois Daniel Brière, qui a été peu utilisé la saison dernière par son entraîneur Michel Therrien, après avoir été mis sous contrat par le directeur général Marc Bergevin l'été passé.

«Moi, j'aurais aimé ça le voir plus souvent, surtout dans les séries. C'est un gars d'expérience, qui peut apporter beaucoup à l'équipe. Mais ça n'a pas été le cas. Therrien, c'est lui qui mène la barque», a dit Lafleur au sujet du centre gatinois qui a amassé trois buts et quatre passes en 16 parties de séries en jouant la plupart du temps sur un quatrième trio.

«Je le regardais et c'est un peu comme moi à la fin de ma carrière (à Montréal). On le faisait jouer cinq-six minutes par match, tu ne peux pas rien faire en cinq ou six minutes... Il devrait faire comme moi, prendre sa retraite et revenir après», a-t-il blagué en entrevue avec le Droit avant le banquet du tournoi tenu au club Château Cartier.

Lafleur, faut-il le rappeler, avait accroché ses patins en 1984 à l'âge de 33 ans après avoir joué seulement 19 parties cette saison-là, son entraîneur et ancien coéquipier Jacques Lemaire l'utilisant parcimonieusement. Il était revenu au jeu quatre ans plus tard avec les Rangers de New York, avant de prendre sa retraite définitive après deux autres saisons avec les Nordiques de Québec.

Brière louangé

Présent à ses côtés hier, le Sénateur Jacques Demers, ancien entraîneur du Canadien, a louangé Brière pour son attitude au cours de la première saison de son contrat de deux ans.

«J'ai parlé à Daniel à quelques prises et il a une classe extraordinaire. Quand un vétéran obtient moins de temps de glace, il ne l'accepte pas et c'est normal, ce sont des hommes fiers. Daniel a toute une fiche en séries éliminatoires (116 points en 124 matches). Je ne pense pas que c'était personnel entre l'entraîneur et le joueur. L'entraîneur a son idée fixe de ce que le joueur peut faire pour lui. Dans la tête de l'entraîneur, ce gars-là (Brière) n'est pas dans tes plans. Tu voudrais l'utiliser, car ton directeur général l'a signé. Mais c'est un choix d'entraîneur de hockey, Daniel ne cadrait pas dans ses plans. Ce n'est pas qu'il ne l'aime pas comme personne», affirme Demers, entraîneur du Canadien lors de sa dernière conquête de la coupe Stanley, en 1993.

Le «Turbo de Thurso» ne s'était pas gêné la veille pour critiquer Vanek et Pacioretty. «Des gars comme (Thomas) Vanek et (Max) Pacioretty, tu ne peux pas garder ça dans ton équipe. Qu'ils restent chez eux s'ils ne sont pas prêts à payer le prix. Ton équipe ne gagnera jamais avec des joueurs comme ça qui s'effacent lorsqu'il y a de l'adversité», a-t-il dit à la Tribune.

Lafleur n'a évidemment pas reculé à ce sujet hier: «Pacioretty a connu une saison extraordinaire, 39 buts, mais en séries, il ne sortait pas, son trio non plus. Tu as besoin de ces gars-là, ils doivent être prêts à payer le prix. Si tu ne le fais pas et que tu ne montres aucun caractère sur la glace, l'autre équipe, ce ne sont pas des caves, ils vont tirer avantage de ça... Vanek, c'est un autre problème. Est-ce qu'il veut jouer à Montréal? D'après moi, non. Ces gars-là ne sont pas des pions, ce sont des gars de premier trio qui se ramassent sur le quatrième, ce n'est pas normal», a-t-il lancé.

Lafleur, en terminant, n'accordait aucune chance aux Rangers de remporter la finale contre les Kings qui se mettait en branle hier soir.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer