Entente de principe dans la LNH

Joie et amertume chez les amateurs

Mike McCarthy se réjouit du retour du hockey,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Mike McCarthy se réjouit du retour du hockey, tout comme les copropriétaires du bar sportif The Senate, Steve Ryan et Johnny Johnson. Mais plusieurs amateurs digèrent mal le long conflit qui a opposé joueurs et propriétaires.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partager

Les amateurs de hockey de la région ont accueilli le probable retour de la Ligue nationale de hockey (LNH) tantôt avec indifférence, parfois avec amertume, mais surtout avec joie.

Lorsque le lock-out a été décrété en octobre dernier par le Commissaire de la ligue, Gary Bettman, Matt Dewtie a fait ni une ni deux et a réduit son abonnement au câble. « J'ai coupé le câble pour économiser de l'argent, mais aussi parce que cela ne me servait à rien d'être abonné à RDS ou TSN maintenant qu'il n'y avait plus de hockey à regarder à la télévision », confie l'amateur du Canadien de Montréal rencontré hier après-midi sur une patinoire de quartier dans le secteur Hull.

L'homme originaire d'Halifax n'a aucune intention de débrouiller les chaînes sportives maintenant que la hache de guerre entre deux « bandes de riches » semble en voie d'être enterrée. « Je préfère regarder les jeunes de la Ligue junior majeure du Québec (LHJMQ) se défoncer. Eux jouent pour l'amour du sport. Ceux de la LNH jouent seulement pour l'argent. Je n'ai pas de temps à perdre avec eux », lance-t-il, amer, soulignant le coût exorbitant des billets et de la bière au Centre Bell.

Son beau-fils de 10 ans, Xavier, ne partage pas la frustration de son beau-papa. Il devra toutefois se trouver un autre endroit que sa maison pour regarder patiner ses joueurs préférés à la télévision.

Un peu plus loin sur la glace, patins aux pieds et bâton à la main, Nicolas Dubé confie qu'il en avait assez de voir à la télé son sport préféré remplacé par du NASCAR ou d'autres sports qu'il juge sans intérêt. « Il n'y a aucun sport aussi intéressant que le hockey, un peu à cause des batailles », lance le jeune homme de 14 ans, partisan des Sénateurs d'Ottawa.

Un autre amateur croisé à l'aréna Sabourin, dans le secteur Hull, était mi-figue mi-raisin à l'idée de revoir le hockey de la LNH cette année. Une saison écourtée n'a pas le même intérêt qu'un calendrier de 82 matches, croit-il.

« Je suis content, mais en même temps, j'aurais presque préféré qu'on annule la saison », a affirmé Stéphane Gauvreau, tout en portant attention aux exploits de son fils de 11 ans sur la patinoire. « Ce sont les grosses équipes qui ont de l'argent qui vont bien se positionner pour les séries, et les autres clubs vont finir plus bas au classement. »

Un autre parent, Simon Berthiaume, affirme avoir appris à vivre au quotidien sans son sport préféré. Surtout qu'après 113 jours de lock-out, l'espoir de voir le conflit de travail se régler devenait de plus en plus mince. « Je commençais à être découragé, commente-t-il. On était un peu piégé dans une bataille entre deux groupes de riches. Mais le hockey occupe bien nos soirées. Ça nous manquait en tant qu'amateur. »

Des tenanciers heureux

Les tenanciers de bars, eux, ne semblent souffrir d'aucune ambiguïté émotionnelle devant le retour possible du hockey de la LNH sur leurs écrans plats surdimensionnés. Le tintement des caisses enregistreuses étouffera bien assez vite les lamentations portant sur tout sentiment de trahison.

« C'est une excellente nouvelle », lance sans hésiter l'un des propriétaires d'un tout nouveau bar sportif dans le marché By, The Senate, Steve Ryan. « Comme nous en sommes à nos débuts, sans le hockey, c'est deux ou trois occasions ratées de se faire connaître davantage. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer