• Le Droit > 
  • Sports > 
  • LNH 
  • > Jacques Martin entend l'appel du monde du hockey 

En Suisse pour un bref passage comme consultant

Jacques Martin entend l'appel du monde du hockey

Jacques Martin, le «p'tit gars» de St-Pascal-Baylon, a... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Jacques Martin, le «p'tit gars» de St-Pascal-Baylon, a roulé sa bosse pendant 26 ans dans la Ligue nationale de hockey.

Archives, La Presse Canadienne

Partager

On peut difficilement empêcher un coach de coacher.

Même s'il se plaît dans son nouveau rôle de commentateur à la télévision, Jacques Martin s'apprête à prendre congé de ses camarades de l'émission Le Premier trio, à TVA Sports.

Il s'accordera des petites vacances - huit ou neuf jours - pour faire ce qu'il aime le plus, c'est-à-dire diriger des joueurs de hockey.

En Suisse, il sera consultant au sein du HC Lugano.

Lors d'une conversation téléphonique avec le représentant du Droit, en début de semaine, l'ancien entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa et du Canadien de Montréal semblait très enthousiaste.

À Lugano, il pourra travailler avec Patrice Bergeron, un joueur qu'il a toujours apprécié. Il retrouvera également Glen Metropolit, un attaquant qu'il a côtoyé à Montréal, et Julien Vauclair, un défenseur qu'il a brièvement dirigé à Ottawa.

Martin connaît bien l'entraîneur-chef de tous ces joueurs. Larry Huras est originaire de Guelph, en Ontario, une ville où il a vécu et travaillé dans les années 1980.

« Nous avons un ami commun, le psychologue sportif David Scott, qui travaille avec Lugano et avec le Canadien. Il m'avait approché l'an dernier dans les semaines qui ont suivi mon congédiement. Comme je devais continuer de travailler à Montréal à titre de dépisteur, je n'ai pas été capable de me libérer. Nous avons continué à discuter cet été. J'étais toujours très intéressé. Il suffisait de trouver un moment, dans le calendrier, qui convenait à tout le monde. »

La fenêtre a finalement été trouvée.

« Quand je serai là-bas, l'équipe jouera seulement un match. Ça va donc laisser beaucoup de temps pour pratiquer et pour avoir des conversations en profondeur. Ce sera intéressant », affirme Martin.

Un retour, un jour ?

Pour l'instant, l'homme de hockey franco-ontarien se contentera d'effectuer un court stage, mais on sent qu'il brûle d'envie de retourner derrière un banc.

« C'est certain que j'aimerais revenir. Diriger une équipe de hockey demeurera toujours un défi intéressant. J'ai toujours aimé travailler avec des jeunes joueurs et j'ai toujours l'impression que je peux toujours contribuer à leur développement. »

Martin n'a pas nécessairement envie de s'étendre sur le sujet pour l'instant.

Ces dernières années, quelques entraîneurs ont utilisé la Ligue nationale A de la Suisse comme tremplin. Après avoir remporté un championnat derrière le banc des Lions de Zurich, l'an dernier, Bob Hartley s'est fait offrir un contrat chez les Flames de Calgary.

Plus de détails dans l'édition du 12 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer