Giroux se console avec l'argent

«C'est certain que c'est décevant de ne pas... (Associated Press)

Agrandir

«C'est certain que c'est décevant de ne pas pouvoir pogner la médaille d'or», reconnaît le capitaine d'Équipe Canada au dernier Championnat mondial de l'IIHF, Claude Giroux.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui a dit que les joueurs de la LNH vont au Championnat mondial de l'IIHF simplement pour s'amuser ? Le séjour sur le continent européen de Claude Giroux, dans le dernier mois, n'a pas été de tout repos.

L'attaquant franco-ontarien d'Ottawa a été impliqué dans quelques bonnes rixes. Dans certains cas, il a été confronté à certains de ses coéquipiers des Flyers de Philadelphie !

On pense notamment à un match contre la République tchèque, durant lequel le défenseur Radko Gudas lui a donné un bon coup de poing sournois en plein sur le nez.

« Ça fait partie du match. Goodie, il joue comme ça. Nous avons été capables d'en rire après. C'est bien correct », a confié Giroux, lundi soir, à son retour à Ottawa.

« Je ne devrais pas être trop surpris de le voir jouer comme ça dans un tournoi international. Il nous fait des choses comme ça durant la saison régulière, dans les pratiques, aussi. Au fond, dans un sens, je suis content d'avoir pris ce coup de poing sur la gueule. Ça nous a permis d'obtenir une supériorité numérique », ajoute-t-il.

Quelques jours après cet incident, Équipe Canada disputait un autre match, contre la France. Cette fois, Giroux, s'est retrouvé impliqué dans une autre bagarre après un coup de sifflet. Cette fois, son vis-à-vis était un attaquant des Flyers, Pierre-Édouard Bellemare.

« Même chose, nous en avons ri en masse après coup », assure-t-il.

Les Canadiens tombent contre la Suède

Giroux ne porte pas de traces de ces confrontations. Son seul souvenir du tournoi sera la médaille d'argent que les Canadiens ont remportée.

En finale, dimanche, ils se sont inclinés 2-1, en tirs de barrage, contre la Suède.

« C'est certain que c'est décevant de ne pas pouvoir pogner la médaille d'or, a-t-il reconnu lorsque nous l'avons rencontré à l'aéroport Cartier-MacDonald. L'expérience, c'était quand même vraiment le fun. »

« Il ne nous manquait pas grand-chose. En overtime, en finale, nous avons eu nos chances. Ça ne voulait juste pas rentrer. Nous avons joué de la façon que nous voulions jouer. »

« Henrik Lundqvist a fait de gros arrêts pour garder son équipe dans le match. C'est un bon gardien, c'est certain. »

Sur le plan individuel, Giroux a connu un tournoi relativement modeste. À titre de capitaine, il a marqué deux buts et inscrit six points en 10 parties. Il a donc terminé le tournoi assez loin des meilleurs marqueurs canadiens, Nathan MacKinnon et Mitch Marner. Les jeunes coqs ont survolé la compétition avec 15 et 12 points.

Giroux a surtout été blanchi lors des trois rencontres de la ronde des médailles.

Il jouait avec deux joueurs d'expérience, soit Ryan O'Reilly et un autre coéquipier des Flyers, Wayne Simmonds.

« À cinq contre cinq, nous n'avons pas produit autant que nous aurions voulu. Nous voulions d'abord nous concentrer sur notre défensive et attendre nos chances de marquer », s'est-il défendu.

« Quand tu passes un mois à vivre avec les joueurs d'une même équipe, tu finis par développer des liens avec tout le monde. »

Plusieurs membres des Flyers ont participé au Championnat mondial. L'entraîneur de Giroux à Philadelphie, Dave Hakstol faisait aussi partie du personnel d'Équipe Canada.

Il y a forcément eu des conversations sur la saison 2017-18 de la LNH.

« Il faut faire attention de ne pas trop s'attarder au big picture, dit Giroux. Nous sommes capables de nous qualifier pour les séries, l'an prochain. Ce sera notre premier objectif. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer