Crosby «n'a pas pensé à grand-chose»

Le vétéran Sidney Crosby épate les amateurs depuis... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le vétéran Sidney Crosby épate les amateurs depuis très longtemps, ce n'est pas la première fois qu'il marque un but de la sorte.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quarante-huit heures plus tard, le fameux but avec un coup de revers à une main de Sidney Crosby continuait d'être un sujet de conversation à travers la LNH.

C'était particulièrement le cas au Centre Canadian Tire, où la vedette des Penguins de Pittsburgh était de passage deux jours après son but d'anthologie à Buffalo, considéré comme le quatrième meilleur de sa carrière par un panel d'experts consulté par le quotidien Tribune-Review de Pittsburgh.

Toujours très humble, le numéro 87 a enfin expliqué jeudi ce qui lui est passé par la tête en s'amenant seul devant Robin Lehner après être passé entre les deux défenseurs des Sabres.

« Je n'ai pas pensé à grand-chose, j'ai juste réagi à la situation. C'est rare que ça se produise comme ça, ça a fonctionné, mais je n'y ai pas vraiment pensé, pour être honnête avec vous. Ce n'est pas quelque chose que j'ai pratiqué beaucoup. Lors des entraînements, tu essaies des choses en t'amusant à l'occasion et je l'ai fait de temps en temps, mais tu ne pratiques pas ça des tonnes de fois », a-t-il raconté quelques heures avant d'affronter les Sénateurs.

« Le défi est de soulever la rondelle assez haut et cette fois, ça a marché, peut-être parce que je suis arrivé avec beaucoup de vitesse. C'était un but amusant à compter », a-t-il ajouté, disant qu'il n'a pas trop pris connaissance des réactions de ses adversaires à travers le circuit Bettman.

Boucher connaît

L'entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher a dirigé Crosby pendant ses deux saisons chez les juniors avec l'Océanic de Rimouski, dont il était un entraîneur adjoint. Il l'a alors vu marquer quelques buts spectaculaires, dont un en soulevant la rondelle sur sa palette de l'arrière du filet pour déjouer un gardien des Remparts de Québec à la manière d'un joueur de crosse.

« Oh, mon Dieu. Pendant tous ces matches et ces pratiques en deux ans, je l'ai vu faire bien des choses. Ça a commencé lors de ses premières parties d'exhibition, il avait amassé 12 points (ndlr: 8 en fait) et on l'avait surnommé Darryl en hommage à Darryl Sittler (auteur d'un match de 10 points). J'ai vu des choses "malades", même certaines qu'il n'a pas encore faites. Parfois, tu reculais le tape et tu te demandais comment il avait fait quelque chose. Il y a eu le but de derrière le filet avec la rondelle sur sa palette, je l'ai vu passer la rondelle entre ses jambes pour ensuite la flipper, ce qu'il n'a pas encore fait dans un match. Il n'y a pas de fin à ce que le gars peut faire. Le but d'une main, je l'ai vu faire dans le junior. C'est impressionnant, mais suis-je surpris ? Non. J'espère juste ne pas me faire surprendre (hier soir) », a raconté Boucher.

Celui-ci mentionnait qu'il a déjà vu d'autres joueurs avec plus d'habiletés naturelles que Crosby, mais ce qui le différentie des autres, c'est « son caractère, son éthique de travail, son désir de vaincre et d'être le meilleur... Je me compte chanceux de voir quelque chose de comparable avec Erik (Karlsson), même si on peut difficilement comparer un défenseur à un avant. Mais on parle de "chevaux" qui peuvent jouer beaucoup et faire de gros jeux ».

Sullivan pas surpris

Son propre entraîneur, Mike Sullivan, n'a pas été surpris non plus. « J'ai dit wow comme tout le monde quand c'est arrivé. Mais rien ne me surprend plus avec lui... Il a tout simplement un appétit insatiable pour ce sport et il travaille pour être le meilleur. Personne n'a une meilleure éthique de travail et il donne le ton pour notre club. Il établit le standard. Ce n'est pas un accident quand il fait des choses comme ça », a-t-il souligné.

Bobby Ryan est un de ses adversaires qui a été impressionné : «C'est ridicule de même penser à faire ça, puis de réussir à le faire à cette vitesse. C'est un but incroyable, on l'a tous vu alors que la reprise ne cesse d'être montrée depuis deux jours», a commenté l'attaquant des Sénateurs. 

Avec 41 buts avant le match d'hier, Crosby a une chance de compter 50 buts pour la première fois de sa carrière, mais il dit ne pas penser à ça, ni à ses chances de devancer Connor McDavid pour le premier rang des pointeurs, sur qui il accusait quatre points de retard avant le match d'hier (en ayant joué sept parties de moins).

Stone pourrait revenir à Montréal samedi

Mark Stone a pratiqué avec ses coéquipiers pour la première fois en deux semaines jeudi et il est optimiste de pouvoir reprendre sa place dans l'alignement avant longtemps.

Le meilleur ailier du club n'était pas prêt à affronter les Penguins jeudi, mais il est possible qu'il le soit pour celui de samedi à Montréal.

« J'aime comment je commence à me sentir et si ça peut s'améliorer encore un peu, je devrais revenir bientôt. Je vise (le match de samedi). Je veux jouer ce match, je sais quelle signification il a. Je vais faire tout en mon possible au cours des deux prochains jours pour être là », a dit l'auteur de 50 points, qui a raté les sept dernières parties des siens en raison d'une blessure au bas du corps (un claquage à une cuisse).

« Je patine avec pas mal d'ardeur. C'est maintenant une question de me remettre en meilleure forme. Je ne suis pas encore tout à fait là... C'est une de ces blessures avec un drôle de temps de récupération, ça aurait pu prendre deux semaines comme cinq. J'ai confiance que ça achève. C'est terrible d'être sur la galerie de presse à ce temps-ci de l'année, là où tout semble facile. Tu veux être sur la glace pour aider l'équipe », a-t-il ajouté.

L'entraîneur-chef Guy Boucher ne voulait pas regarder plus loin que le match de jeudi. « Je préfère ne pas être optimiste (pour samedi), je vais y aller avec les gars qui sont disponibles et ce n'est pas son cas. Son absence fait mal, il est un gros morceau de notre attaque, un gars qui ramasse un point par match... Il nous manque, mais on doit se concentrer sur ceux qui sont là pour compenser », a dit Boucher.

Quand Stone sera revenu au jeu, il ne restera qu'un Sénateur à l'infirmerie, soit le vétéran Chris Neil, qui s'est fracturé un doigt dans un combat le 26 février dernier en Floride. Il patine depuis déjà un bout de temps et il effectue des tirs sur les gardiens avant les entraînements. « Ça s'en vient, mais je ne suis pas prêt à revenir encore. Je vais avoir de bonnes jambes quand je vais le faire en tout cas, "Dono" (Shean Donovan) me fait patiner en masse. J'espère être prêt au retour du prochain long voyage de l'équipe (la semaine prochaine), je serais donc disponible pour jouer les trois ou quatre derniers matches afin de me préparer pour les séries », a-t-il confié.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer