Lehner gâche le retour d'Anderson

Les Sénateurs ont laissé filer une avance d'un... (Adrian Wyld, La Presse canadienne)

Agrandir

Les Sénateurs ont laissé filer une avance d'un but en troisième période.

Adrian Wyld, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les scénarios parfaits, c'est pour le cinéma, pas pour le sport professionnel.

Alors que l'histoire idéale pour le retour du gardien Craig Anderson lors de la soirée du « Hockey pour vaincre le cancer » aurait été une autre victoire par blanchissage de ses Sénateurs d'Ottawa, comme la semaine dernière à Edmonton quand il est revenu à l'insistance de son épouse Nicholle dont le cancer venait d'être diagnostiqué, son vis-à-vis Robin Lehner avait un plan tout à fait différent.

L'ancien gardien d'avenir du club local a effectué 32 arrêts, dont plusieurs spectaculaires, afin de mener ses Sabres de Buffalo à un gain de 2-1 devant 16 225 amateurs au Centre Canadian Tire.

Auteur de 30 arrêts à l'autre bout de la patinoire, Anderson n'a rien eu à se reprocher, mais il a quand même vu une avance de 1-0 après 40 minutes de jeu lui filer entre les doigts quand Kyle Okposo sur une déviation et Sam Reinhart en poussant tout juste une rondelle au-delà de la ligne  des buts ont compté pour les Sabres (5-4-2) au troisième tiers.

« Quand c'était 1-0, on a eu des chances incroyables de marquer et ce n'est pas parce que nos joueurs n'ont pas fait du bon boulot, le gardien adverse a été exceptionnel. De leur côté, un but a frappé une jambière et l'autre a frappé notre joueur pour aller sur la palette de leur joueur. Ça arrive, mais on ne veut pas changer le nombre de chances de compter et la qualité qu'on a manufacturés, alors on va continuer à jouer de la même façon », a analysé l'entraîneur-chef Guy Boucher.

Lehner s'est particulièrement illustré face à un Jean-Gabriel Pageau parvenu seul devant lui en première période, sortant le bâton en désespoir de cause pour le frustrer. Il a aussi sorti la jambière contre Mark Stone sur une descente à deux contre un avec Bobby Ryan en deuxième période, possiblement un arrêt encore plus important.

« Je me sentais bien, comme depuis le début de la saison... On doit continuer à travailler fort comme équipe, nous avons des joueurs absents, mais on ne veut pas que ça nous affecte, a dit Lehner après coup, faisant référence aux blessés Evander Kane et Jack Eichel, notamment. J'ai fait quelques autres bons arrêts cette saison. Je pense que je me déplace mieux latéralement. L'arrêt contre Pageau, c'est bien de l'avoir effectué, mais je me suis placé en mauvaise position. J'étais hors de mon enceinte et mon angle n'était pas bon. Je n'ai pas été aussi patient que j'aurais dû l'être. C'est un coup de chance qu'il n'ait pas compté. C'est une bonne victoire pour nous, peu importe contre qui on jouait. »

L'unique joueur qui est parvenu à le déjouer a été Mike Hoffman, avec son troisième but en quatre matches. Il a complété un bel échange avec Bobby Ryan et Erik Karlsson lors d'une attaque à cinq en période médiane.

« Les deux gardiens ont été exceptionnels... On n'a pas capitalisé sur nos chances, quand on l'a battu (Lehner), il était là quand même », a souligné Karlsson.

Le jeu de puissance a raté une belle chance de ramener les Sénateurs dans le coup peu après le but gagnant de Reinhart quand Dmitry Kulikov a atteint Ryan d'un bâton élevé accidentel près d'un oeil, écopant d'une double mineure.

« On a eu des chances, mais Lehner a été très bon, il a volé ce match. On a généré des chances, il y a des jours où ça va rentrer, d'autres pas. Malheureusement, aujourd'hui, c'était un de ces jours, a noté Hoffman. Le jeu de puissance à la fin n'a pas été notre meilleur, on dirait que tout le monde était à la mauvaise position. Ça aurait été bien d'en compter au moins un. »

Ryan est rentré au vestiaire pour quelques points de suture, mais il est revenu au jeu par la suite.

Les Sénateurs (7-4-0), qui ont renvoyé le gardien Chris Driedger à leur club-école de Binghamton samedi matin, disputeront maintenant leurs prochains matches mardi à Nashville et mercredi à Buffalo, un voyage auquel Anderson devrait prendre part, a indiqué Guy Boucher.

Plusieurs chances de compter pour Pageau

La soirée de samedi a été particulièrement frustrante pour Jean-Gabriel Pageau.

Utilisé à l'aile droite sur le troisième trio avec Chris Kelly et Tom Pyatt, le Gatinois des Sénateurs a généré des chances de marquer comme jamais auparavant cette saison, mais il est ressorti du revers de 2-1 contre les Sabres les mains vides, avec un différentiel de moins-1 en plus.

Robin Lehner l'a frustré cinq fois plutôt qu'une, en plus de voir son revers en milieu de deuxième tiers frapper le poteau de plein fouet.

« C'est toujours frustrant, mais quand tu obtiens de bonnes chances comme ça, tu ne peux pas perdre confiance, c'est une bonne chose. Il (Lehner) a fait de gros arrêts, il faut continuer à travailler de la même manière et d'autres chances vont se présenter. C'est le match où j'en ai obtenu le plus, la rondelle tombait sur ma palette, mes ailiers m'aidaient, les défenseurs ont fait de bonnes relances à l'attaque. Lehner a fait un bel arrêt (au premier tiers), il en a fait des gros tout le match, il faut lui donner crédit », a concédé le compteur de 19 buts l'an dernier, qui en a un seul dans un filet désert cette saison.

En cette soirée pour amasser des fonds dans la lutte contre le cancer, Pageau a relaté que le gardien Craig Anderson, qui portait un chandail avec le numéro favori (23) de son épouse Nicholle lors de la période d'échauffement, était en contrôle de ses émotions.

« Il était dans sa bulle, bien concentré. Il a joué un excellent match encore pour nous donner une chance de gagner. Ça n'a juste pas adonné. On a fait beaucoup de bonnes choses, il ne faut pas paniquer », estime Pageau.

Lors de cette rencontre, l'entraîneur Guy Boucher a profité du retour au jeu de Mark Stone d'une blessure au cou pour former un nouveau premier trio avec Derick Brassard et Bobby Ryan, une ligne qui a été dangereuse toute la soirée. « On va regarder ça à nouveau parce que tout le monde a aimé ce trio, ils ont joué de façon ''pesante'' », a-t-il noté.

« On a joué pas mal bien, nous étions prêts dès le début, on a obtenu des chances sans sacrifier le jeu dans notre zone. On avait la possession de la rondelle souvent, on doit continuer à faire les bonnes choses alors qu'on s'en va sur la route », a souligné Stone, qui avait raté le match précédent en raison d'une blessure au cou.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer