• Le Droit > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > L'expérience fait la différence à la 1ère Classique Colonel By 

L'expérience fait la différence à la 1ère Classique Colonel By

L'ancien des Olympiques, Adam Chapman, a marqué l'un... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'ancien des Olympiques, Adam Chapman, a marqué l'un des six buts des Ravens.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le résultat de la première Classique Colonel By ne surprendra personne.

Le programme de hockey masculin de l'université Carleton est arrivé à maturité. Il aspire, année après année, à représenter l'Ontario au tournoi du championnat national.

Celui de l'Université d'Ottawa vient de renaître après une pause forcée de deux saisons.

Mercredi, à la Place TD, les Ravens ont battu les Gee Gees 6-2.

«C'était quand même un gros match. Avec tout ce qui avait été dit au sujet de la rivalité, dans les dernières semaines, on ressentait quand même une certaine pression en sautant sur la patinoire», a indiqué le nouveau capitaine de Carleton, Mike McNamee, après avoir quitté la patinoire avec le drapeau des champions.

Le centre de Perth, qui a passé deux saisons dans la LHJMQ entre 2011 et 2013, portait le «C» pour la toute première fois. Il n'a pas déçu les entraîneurs qui lui ont confié cette responsabilité, marquant la moitié des buts de son équipe.

Le score aura quand même été serré pendant une période.

Les Ravens ont ouvert la marque dans la première minute de jeu, mais les Gee Gees ont nivelé rapidement. Les deux équipes étaient à égalité au premier entracte. L'expérience a pris le dessus au retour de la pause.

Le gardien partant d'Ottawa, Graham Hunt, a été rappelé au banc après le quatrième but. 

Le millier de partisans présents ont donc pu assister à un duel entre deux anciens des Olympiques de Gatineau dans la deuxième portion de la rencontre.

François Brassard a eu le dessus sur Anthony Brodeur. Il a réussi une trentaine d'arrêts dans la victoire.

L'entraîneur des Ravens, Marty Johnston, a tenu à rendre hommage à ses rivaux. Il tient en haute estime son rival Patrick Grandmaître. «Il dirige si bien le programme que les Gee Gees pourraient fort bien accéder aux séries dès cette saison», dit-il.

Compétitif, Grandmaître ne partageait pas son enthousiasme après avoir subi un quatrième revers en cinq matches.

«Je n'ai pas trouvé grand-chose de positif à dire de notre dernière performance. Au premier entracte, nous étions chanceux d'être toujours nez-à-nez avec les Ravens. Ils nous ont attaqués dès le départ et nous n'avons pas su comment réagir», dit-il.

L'homme de hockey qui est originaire de Hull se doutait bien qu'il ne serait pas facile de relancer un programme universitaire.

«Certains de nos résultats nous ont donné confiance. C'est bon. Peut-être que c'est une mauvaise confiance. Nous avons peut-être commencé à penser que nous pouvons rivaliser avec des équipes comme Carleton et Trois-Rivières sans avoir un effort intelligent et une responsabilité avec la rondelle.»

Les Gee Gees et les Ravens doivent croiser le fer une deuxième fois plus tard cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer