Début des adieux au Joe Louis Arena

Les Red Wings entamaient lundi leur dernière saison... (Associated Press)

Agrandir

Les Red Wings entamaient lundi leur dernière saison au Joe Louis Arena, lundi.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Détroit) C'était le début de la fin pour le Joe Louis Arena lundi soir lors de la visite des Sénateurs.

Le domicile des Red Wings depuis 1979, où ils ont savouré la conquête de quatre coupes Stanley (incluant deux où la victoire décisive a été enregistrée sur sa patinoire, en 1997 et 2002), cédera sa place au nouveau Little Caesars Arena, palace de 627 millions $ en construction au centre-ville de Detroit, en 2017-2018.

Le vétuste amphithéâtre n'a peut-être pas le même cachet que l'ancien Forum de Montréal pouvait avoir, mais pour les hockeyeurs du Michigan qui portent les couleurs de l'équipe, il demeure un endroit spécial.

« Il y a une odeur particulière ici, comme dans une vieille grange », a noté l'attaquant des Wings Justin Abdelkader, qui a été nommé « M. Hockey » au Michigan en 2004 quand il jouait pour son école secondaire de Muskegon.

« Tout au long de la saison, on va savourer le fait qu'on passe une dernière saison ici, et on veut certainement fermer la bâtisse sur une bonne note. Pour moi, mon meilleur souvenir sera toujours d'y avoir compté mon premier but, en finale de la coupe Stanley contre Pittsburgh en 2009. Ton premier but va toujours être spécial, mais sur une telle tribune, ça le rend encore plus spécial », a-t-il mentionné lundi matin, quelques heures avant le dernier match inaugural d'une saison des Wings au « Joe ».

L'attaquant de deuxième année Dylan Larkin, originaire de Waterford au Michigan, est un autre joueur local qui savourera particulièrement ces derniers instants dans l'aréna que Steve Yzerman et compagnie ont fait vibrer.

« Cet endroit veut tout dire pour les Red Wings, j'ai grandi en venant ici voir des parties de la LNH, c'est tout ce que j'ai connu. C'est un peu fou que ce soit la dernière saison ici, et je suis excité de pouvoir être sur la glace pour ça », a-t-il commenté.

Le défenseur québécois Xavier Ouellet n'est pas du Michigan, mais il entendait savourer le moment où il serait présenté aux amateurs de Detroit lundi soir parce qu'à sa quatrième saison chez les professionnels, c'était une première pour lui.

« Ça fait du bien d'obtenir une opportunité, une vraie où j'ai la chance de jouer régulièrement, a confié l'ancien de l'Armada de Blainville-Boisbriand, qui a été rappelé à quelques occasions lors des trois dernières saisons, disputant 32 matches dans la LNH. Commencer la saison, ça fait du bien mentalement aussi. Une soirée d'ouverture, je n'ai jamais vécu ça, j'ai hâte, c'est excitant. »

L'entraîneur-chef des Wings Jeff Blashill a aussi de bons souvenirs de l'endroit : « Ayant grandi au Michigan, je remonte loin, au 'Bruise Brothers' (Bob Probert et Joey Kocur), aux séries contre le Colorado avec toutes les batailles, puis toutes les coupes. Il y a tellement de bons souvenirs ici », a-t-il mentionné.

L'endroit a aussi une signification particulière pour certains Sénateurs, dont Bobby Ryan, qui y a joué souvent du temps où il était à Anaheim et que les Wings étaient dans l'association Ouest. « Tu regardes l'histoire de cet amphithéâtre, les joueurs qui y sont passés et tout ça, l'aréna va me manquer. On a joué deux séries contre eux (avec les Ducks). On revient ici en avril, alors qu'on espère se battre encore pour une place en séries ou l'avoir sécurisée. On dira au revoir à ce moment-là », a-t-il dit.

Premier match de Puempel

Comme promis à la fin de la semaine dernière, Guy Boucher a utilisé l'attaquant Matt Puempel pour la première fois de la saison contre les Red Wings lundi, retranchant Phil Varone de l'alignement pour l'insérer sur le quatrième trio avec les deux Chris, Kelly et Neil. « Je ne lui donne pas un match, il l'a mérité, a dit Boucher en matinée. Il a bien pratiqué, il a augmenté son rythme comme je lui ai demandé. Il montre plus de ténacité qu'au début (du camp). Il est un compteur doté d'un bon sens du jeu mais son intensité devait augmenter, ce qu'il a fait. »

Chabot attend

Le défenseur de 19 ans Thomas Chabot a donc regardé un troisième match de suite des gradins, et Boucher n'a pas voulu dire s'il planifiait l'utiliser mardi contre l'Arizona, possiblement au sein d'un alignement comportant sept défenseurs. « C'est une décision pour après le match (de lundi)... Quand il va y avoir une opportunité de le faire jouer, il va jouer, mais ça ne peut pas être au détriment d'autres gars qui jouent bien. C'est la LNH, il faut gagner en premier », a-t-il noté, se disant satisfait du travail de Chris Wideman et Mark Borowiecki sur la troisième paire.

Entre les lignes

L'espoir des Sénateurs Filip Chlapik a été nommé la troisième étoile de la dernière semaine dans la LHJMQ alors qu'il a produit quatre buts et trois passes en trois parties avec les Islanders de Charlottetown. Il est installé au deuxième rang des compteurs du circuit Courteau avec 17 points... Boucher n'a pas pris en considération la fiche de 2-0 (moyenne de 0,75) contre Detroit d'Andrew Hammond avant de lui donner un premier départ cette saison. « Je suis toujours dans le moment présent », a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer