Pleins feux sur Auston Matthews

La recrue des Maple Leafs Auston Matthews a... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La recrue des Maple Leafs Auston Matthews a connu un premier match des plus fracassants, mercredi soir à Ottawa.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Maple Leafs de Toronto ont envoyé six recrues dans la mêlée pour leur premier match dans la LNH mercredi soir contre les Sénateurs, mais alors que leur reconstruction se poursuit, les yeux des amateurs de la Ville-Reine étaient certes tournés d'abord et avant tout vers le centre Auston Matthews.

Les attentes sont très élevées envers le premier choix au total du dernier repêchage amateur, en juin dernier à Buffalo, qui s'est illustré avec l'équipe nord-américaine des 23 ans et moins à la Coupe du monde, après avoir passé la dernière saison sous les ordres de Marc Crawford avec la formation de Zurich, en Suisse.

Les Leafs veulent évidemment protéger leur nouveau sauveur en ce début de carrière, ce qui fait qu'il a commencé le match de mercredi comme pivot du troisième trio de l'équipe, entre deux autres jeunes joueurs, William Nylander et Zach Hyman, qui totalisaient 38 parties d'expérience à eux deux avant le premier match de la saison.

La confiance aux jeunes

L'entraîneur-chef Mike Babcock a lancé tous ses jeunes joueurs dans la fosse aux lions pour cette partie inaugurale de la campagne 2016-2017, contrairement à son vis-à-vis Guy Boucher, des Sénateurs, qui a laissé le défenseur de 19 ans Thomas Chabot dans les gradins pour l'occasion.

« On n'aurait pas assez de joueurs si on ne les faisait pas jouer. Pourquoi ne pas les faire jouer s'ils sont assez bons ? Let's go, allez jouer », a lancé le pilote qui a mené le Canada au championnat de la dernière Coupe du monde.

« Ça va certainement être un match différent pour eux. Tu rêves toute ta vie de jouer dans la LNH et là, tu le fais. C'est fantastique, tu as de la famille qui vient te voir jouer et tu t'inquiètes peut-être un peu pour ça. C'est probablement une bonne distraction et ensuite, ils vont juste sortir et jouer. Je veux juste qu'ils jouent, soient responsables avec la rondelle, travaillent fort sans elle et ensuite laisser leurs habiletés ressortir », a ajouté Babcock.

À la veille de sa première sortie dans le circuit Bettman, Matthews a mentionné qu'il avait très bien dormi.

« Après une saison morte très occupée, c'est excitant d'arriver à ce premier match. Tout le monde est pas mal fébrile, je pense que ça va être une soirée spéciale pour plusieurs gars dans ce vestiaire... En même temps, tu dois considérer ça comme si c'était juste un autre match. Tu ne veux pas perdre la tête avec ça, ne pas trop y penser sinon ça va t'affecter », a dit Matthews d'un ton très posé qui ne trahissait pas de nervosité, malgré ses 18 ans.

Le hockeyeur originaire de l'Arizona n'a pas cherché à saluer Crawford, son entraîneur l'an dernier à Zurich, où il a pu jouer contre des professionnels d'âge adulte.

« Je l'ai vu la semaine dernière à Saskatoon (pour un match hors-concours), mais là, on va jouer pour vrai et ce serait bien de le battre. Il m'a bien aidé l'an passé, il a travaillé sur des choses qu'il savait dont j'aurais besoin pour jouer dans la LNH. Il m'a aidé beaucoup dans mon développement alors que son curriculum vitae parle de lui-même, il a gagné une coupe Stanley et a dirigé certains des meilleurs joueurs dans la ligue, il a une bonne idée de ce qu'il fait », a noté Matthews au sujet du nouvel entraîneur associé des Sénateurs.

Alors que les attentes sont très élevées pour lui à Toronto, Matthews n'a pas trop voulu parler de celles qu'il a pour lui-même.

« Je n'ai pas de chiffre au niveau des statistiques en tête, je veux juste aller sur la glace et offrir de bonnes performances, m'améliorer tous les jours et avoir un impact positif, et écouter les joueurs d'expérience qui sont autour de moi », a-t-il dit.

Congé pour Boucher

L'entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher brillait par son absence à la pratique de mercredi matin, laissant le soin à ses adjoints, Marc Crawford en tête, de diriger la circulation lors de cet entraînement léger. « Je ne suis pas un gars de routine, je déteste être un esclave de la routine, j'aime changer des choses. Aujourd'hui, c'est parce que je sens que j'ai tout fait ce que je pouvais faire. Les joueurs m'ont vu assez, on a eu beaucoup de meetings, plus qu'une équipe normale. Nouvelle équipe, nouveaux entraîneurs, nouveau système, nouveaux joueurs, à un moment donné, ça fait beaucoup de réunions. Alors je me suis retiré parce qu'il n'y avait pas d'enseignement à faire ce matin... Je ne veux pas devenir lourd pour les joueurs », a expliqué Boucher.

Pas de capitaine à Toronto

Les rivaux des Sénateurs dans la Bataille de l'Ontario ont décidé de ne pas nommer de successeur à Dion Phaneuf comme capitaine du club pour amorcer la nouvelle saison. « Nous ne pensions pas être prêts à nommer un gars. Nous avons notre groupe de vétérans ainsi que nos jeunes qui arrivent. Nous estimons que quelqu'un va se distinguer et devenir le leader de l'équipe », a dit l'entraîneur-chef Mike Babcock en matinée mercredi. Quand un journaliste torontois lui a demandé si le poste était laissé vacant en attendant qu'Auston Matthews soit prêt à le prendre, Babcock a répondu de façon assez arrogante : « Vous allez écrire ce que vous voulez de toute façon, ce que je dis n'importe pas... Je ne gagerais pas ma maison sur quoi que ce soit », a-t-il rétorqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer