Price blanchit la République Tchèque

Sidney Crosby et Carey Price célèbrent la victoire... (Nathan Denette, La Presse canadienne)

Agrandir

Sidney Crosby et Carey Price célèbrent la victoire de l'équipe canadienne en ouverture du tournoi à la ronde de la Coupe du Monde de hockey.

Nathan Denette, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Personne n'a pu arrêter Sidney Crosby lors du premier match d'Équipe Canada à la Coupe du monde de hockey, samedi.

Le capitaine a récolté un but et deux mentions d'aide pour aider la formation canadienne à signer une convaincante victoire de 6-0 face à la République Tchèque.

Crosby a repris là où il avait laissé la saison dernière, alors qu'il avait mérité le trophée Conn-Smythe, remis au joueur par excellence des séries, en aidant les Penguins de Pittsburgh à décrocher la quatrième coupe Stanley de leur histoire.

«Ne nous emportons pas, a déclaré l'entraîneur-chef Mike Babcock, lorsqu'il a été questionné à savoir si Crosby avait été meilleur que lors des deux derniers Jeux olympiques. Il a été étincelant à Sotchi. Il l'a aussi été à Vancouver.»

Brad Marchand, Patrice Bergeron, Joe Thornton, Jonathan Toews et Alex Pietrangelo ont aussi touché la cible pour les Canadiens. Carey Price s'est quant à lui montré rassurant en repoussant les 27 tirs auxquels il a fait face.

«Le gardien a été très bon, a commenté Babcock. Surtout en début de match jusqu'à ce que nous nous mettions à jouer.»

Michael Neuvirth, de l'autre côté, a effectué 44 arrêts dans une cause perdante.

Considérés comme favoris à l'aube du tournoi, les Canadiens ont répondu aux attentes à leur premier match. Leurs rivaux de section, les États-Unis, n'ont pas connu le même succès en après-midi en s'inclinant 3-0 contre Équipe Europe.

Les Canadiens affronteront les Américains, jeudi.

Sans équivoque

Le début de match a été pour le moins laborieux pour le Canada, mais il a rapidement fait tourner le vent de côté.

L'attaquant Ondrej Palat a obtenu une chance de marquer avec seulement 41 secondes d'écoulées. Price a fait un bel arrêt et Crosby a eu l'occasion de répliquer en s'échappant immédiatement après, mais Neuvirth a refusé de céder. Les Canadiens ont ensuite écopé deux pénalités, si bien que les Tchèques avaient les devants 6-1 au chapitre des tirs après six minutes.

Le Canada a rapidement retrouvé ses repères et Crosby s'est repris en touchant la cible sur son troisième lancer de la période. Le capitaine de la formation a récupéré un retour de lancer, a contourné le filet et a enfilé l'aiguille en faisant dévier la rondelle sur Neuvirth. Le jeu a été revu puisqu'on croyait qu'il y avait eu obstruction sur le gardien, mais la décision a été maintenue.

«C'est tout ce que je pouvais faire de l'angle que j'avais, a déclaré Crosby. Même si ça ne le touche pas, la rondelle aurait quand même été devant le filet et il y avait beaucoup de circulation.»

En démontrant sa vitesse tout en pourchassant la rondelle de manière convaincante, le Canada a doublé son avance avec moins de trois minutes à faire en première. Après que Bergeron eut remporté une mise au jeu en territoire offensif, Crosby a repéré Burns à la pointe et ce dernier a envoyé un boulet derrière Neuvirth.

Les Canadiens n'avaient cependant pas terminé le travail. Avec quelques secondes à écouler au premier engagement, Crosby a causé un revirement en territoire défensif. La rondelle a été transportée en territoire adverse par Brad Marchand et il a repéré Bergeron dans l'enclave, qui n'a pas raté sa chance de faire 3-0.

«Sid est évidemment un incroyable fabricant de jeu avec toute une intelligence sur la patinoire», a déclaré Marchand.

Thornton et Toews ont ajouté deux buts à l'avance des Canadiens au deuxième engagement alors que les locaux continuaient de mettre Neuvirth à l'épreuve. Après 40 minutes de jeu, le Canada avait effectué 35 tirs contre 18.

Le Canada a levé le pied au dernier tiers, mais le défenseur Alex Pietrangelo a tout de même trouvé le fond du filet en avantage numérique sur le 44e tir des siens, portant la marque à 6-0.

Équipe Europe surprend les Américains

Jaroslav Halak a été solide devant le filet... (Nathan Denette, La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Jaroslav Halak a été solide devant le filet de l'Équipe Europe

Nathan Denette, La Presse canadienne

Équipe Europe a affiché ses couleurs en dominant les Américains 3-0 en lever de rideau de la Coupe du monde de hockey, samedi.

Marian Gaborik, Leon Draisaitl et Pierre-Édouard Bellemare ont fait mouche, tandis que Jaroslav Halak a bloqué 35 tirs.

Le Slovaque Gaborik a fait 1-0 à 4:19 au premier vingt. Le joueur des Kings a déjoué son coéquipier Jonathan Quick, redirigeant une passe du Danois Frans Nielsen, des Sabres.

Draisatl a doublé l'avance à 4:02 au deuxième tiers. L'Allemand des Oilers a converti un deux contre zéro avec le Suisse Nino Niederreiter, du Wild. Le tout s'est amorcé avec un revirement aux dépens de Patrick Kane.

«J'accepte le blâme, a dit Kane. C'est un jeu que j'ai réussi un million de fois. J'ai perdu la rondelle et à peine une seconde plus tard, ils sont en deux contre zéro. C'est inacceptable de ma part.»

Le Français Bellemare a complété le score avec 1:28 au cadran en deuxième période, en faisant dévier un tir du Danois Jannik Hansen, des Canucks.

«Certains nous considèrent comme les négligés du tournoi, mais nous aussi nous avons de vraiment bons joueurs, a dit Draisailt. C'est une grosse victoire.»

Quick n'a repoussé que 14 rondelles dans une cause perdante.

Chacun des clubs a laissé filer quatre avantages numériques. Ryan Kesler et Christian Ehrhoff ont été punis deux fois chacun pour les États-Unis et l'Europe, respectivement.

On a refusé un but aux États-Unis au deuxième vingt. James Van Riemsdyk a fait un geste délibéré du haut du corps pour envoyer le disque dans le filet, sur le rebond d'un tir de Ryan Suter.

Équipe Europe disputera son prochain match lundi, face aux Tchèques. Les Américains seront à nouveau en action mardi, contre le Canada.

«Par opposition à une saison de la LNH, nous sommes ici confrontés à un sprint, a dit l'entraîneur américain John Tortorella, qui dirige aussi les Blue Jackets. Nous ne voulions pas nous mettre en situation dangereuse, mais c'est ce qui est arrivé. Nous devons rester unis et redoubler d'efforts à l'entraînement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer