La jeunesse s'éclate au Centre Bell

Johnny Gaudreau (au centre) a marqué à deux... (Ryan Remiorz, La Presse canadienne)

Agrandir

Johnny Gaudreau (au centre) a marqué à deux reprises dans la victoire des jeunes Nord-Américains.

Ryan Remiorz, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

Les joueurs qui composent Équipe Amérique du Nord sont capables de multiplier les belles pièces de jeu et les beaux buts. Mais ce grand talent peut aussi s'avérer un couteau à deux tranchants, et c'est un peu le message qu'a tenu à livrer l'entraîneur-chef Todd McLellan dans les minutes qui ont suivi leur deuxième gain en autant de matchs préparatoires en vue de la Coupe du monde de hockey, dimanche soir.

La jeune formation nord-américaine a explosé avec cinq buts en première période, dont trois en moins de deux minutes, et elle a pris la mesure d'Équipe Europe 7-4 devant 17 243 spectateurs au Centre Bell.

Lors de cette seule première période, 11 joueurs différents ont inscrit au moins un point pour les vainqueurs. Et ce, sans même que Connor McDavid et Jack Eichel, les deux premiers joueurs sélectionnés à l'encan de 2015, ne participent à la fête.

Du groupe, le défenseur Aaron Ekblad a été le plus prolifique avec deux buts, les premier et troisième du match contre un Thomas Greiss peu impressionnant.

Dylan Larkin et le défenseur Morgan Rielly ont également déjoué Greiss, qui a été remplacé par Jaroslav Halak, son coéquipier chez les Islanders de New York.

La soirée de travail de Greiss a pris fin après le but de Rielly, marqué à l'aide d'un tir inoffensif de la ligne bleue, le huitième d'Équipe Amérique du Nord, à 10:22 de l'engagement initial.

Johnny Gaudreau a complété la pétarade des 20 premières minutes en battant Halak d'un tir du revers décoché de derrière le filet, à 15:54. Sur la séquence, la rondelle a donné contre l'épaule de l'ancien gardien du Canadien avant de rouler doucement derrière la ligne rouge.

Mais le reste de la rencontre n'a pas été aussi simple pour la jeune formation nord-américaine, qui a vu ses rivaux s'approcher à un seul but alors qu'il restait plus de 11 minutes à écouler au troisième vingt.

«Quand vous vous donnez une avance de 5-1 et que vous faites de beaux jeux, tout le match devient une occasion de réaliser d'autres belles pièces de jeu, et vous oubliez le côté combatif et l'aspect défensif, a observé McLellan en conférence de presse.

«Je suis certain qu'au fur et à mesure que nous avancerons dans le tournoi, si nous accordons quatre buts par match, nous ne connaîtrons pas beaucoup de succès. Ce sera difficile de toujours marquer cinq buts et espérer l'emporter. À un certain moment, nous allons devoir gagner un match 2-1», a ajouté l'entraîneur-chef des Oilers d'Edmonton dans la LNH.

Halak s'impose

Si le duel est redevenu serré, c'est un peu beaucoup grâce à Halak, qui a été à peu près impeccable derrière une brigade défensive qui laisse beaucoup à désirer, à six jours du début du tournoi. Le Slovaque de 31 ans a notamment réalisé de beaux arrêts pendant une punition mineure à son compatriote Marian Gaborik au milieu de la deuxième période.

«C'est certain que ce n'est pas le genre de départ que nous voulions connaître, a reconnu Halak. Après le dernier match, nous avions dit qu'il fallait mieux jouer. Ce soir, nous avons été victimes de quelques bonds malchanceux, mais ils ont créé ces chances de marquer en tirant au filet. Nous nous sommes ressaisis en deuxième période car nous savions que nous devions être meilleurs. Il y a des choses positives sur lesquelles nous pouvons bâtir.»

Halak, qui avait disputé les 60 minutes jeudi soir dans un revers de 4-0 à Québec, a complété son inattendue soirée de travail avec 22 arrêts. Son rendement a permis à ses coéquipiers d'espérer renverser la vapeur et de combler l'imposant recul auquel ils étaient confrontés.

Gaborik a contribué à la tentative de remontée avec un doublé au deuxième vingt contre John Gibson, et Frans Nielsen a complété une belle pièce à trois pour réduire l'écart à 5-4, à 8:17 du troisième vingt.

Mais le deuxième but du match de Gaudreau, marqué à la suite d'une superbe pièce individuelle à 11:29, est venu éteindre les derniers espoirs d'Équipe Europe. Larkin a ajouté un but dans un filet désert avec 13,7 secondes à écouler.

«Nous étions extrêmement déçus de notre début de match. Après les discussions que nous avons eues au cours des derniers jours, nous nous attendions à un peu plus de régularité du début à la fin, a analysé l'entraîneur-chef d'Équipe Europe, Ralph Krueger.

«Nous avons apporté quelques ajustements en cours de route, et nous sommes satisfaits de ce que nous avons vu à partir de ce moment.»

Pierre-Édouard Bellemarre, en première période, a marqué l'autre filet d'Équipe Europe, qui a obtenu 33 tirs vers Gibson, dont plusieurs pendant la dernière minute de jeu. Bellemare a aussi récolté une passe sur le premier but de Gaborik.

Équipe Europe complétera son calendrier préparatoire en affrontant la Suède mercredi soir à Washington. De leur côté, les jeunes patineurs de l'Amérique du Nord seront à Pittsburgh, mercredi après-midi, pour un duel contre la République tchèque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer