Marchand espère redorer sa réputation

L'attaquant Brad Marchand (au centre de la photo)... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'attaquant Brad Marchand (au centre de la photo) avoue savourer sa première invitation à vie à jouer avec les meilleurs hockeyeurs au pays, lui qui n'est pas le plus apprécié dans le circuit Bettman.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est probablement l'agitateur numéro un de la LNH, un joueur détesté par ses adversaires qui ont un terme encore plus péjoratif pour le décrire: un rat.

En débarquant dans le vestiaire d'Équipe Canada, et en obtenant une place de choix à la gauche de Sidney Crosby, centre numéro un de l'équipe, Brad Marchand ne pense cependant pas avoir besoin de présenter des excuses pour des comportements passés, ou des commentaires déplacés, à ses nouveaux coéquipiers.

«Non, je ne pense pas que ce soit nécessaire, ça arrive à beaucoup de gars. Je me suis déjà battu avec Stammer (Steven Stamkos, en mars 2015) et j'ai eu des altercations avec quelques autres gars, mais c'est pareil pour tout le monde dans la chambre. Quand tu arrives ici, tu peux en rire et t'amuser avec ça, il n'y a jamais de conflit dans le vestiaire à cause de ces choses-là», a dit la peste des Bruins à ce sujet mercredi.

Suspendu et mis à l'amende à plusieurs reprises par la LNH, incluant trois parties l'an dernier pour avoir renversé Mark Borowiecki, des Sénateurs, de façon sournoise, Marchand pense avoir commencé à changer les perceptions à son sujet avec sa campagne de 37 buts la saison dernière.

«J'apprends beaucoup en voyant comment ils se comportent sur la glace et en dehors, je pense que je vais être un meilleur pro après cette expérience.»

Brad Marchand

«On m'a accolé une étiquette dès mon premier jour dans la ligue et c'était correct. Parfois, c'est ce que tu dois faire pour entrer dans la ligue, jouer d'une certaine façon et remplir un certain rôle, puis tu peux évoluer et devenir le joueur que tu veux être. Cette réputation reste avec moi, mais chaque année, je me concentre à être un meilleur joueur qu'un agitateur. Être ici, c'est un gros pas dans la bonne direction et je veux bâtir là-dessus», affirme-t-il avec conviction.

S'améliorer avec les meilleurs

L'ailier gauche originaire de la Nouvelle-Écosse savoure sa première invitation à jouer avec les meilleurs hockeyeurs au pays, surtout que c'est accompagné jusqu'à nouvel ordre de cette affectation de choix aux côtés du duo Sidney Crosby-Patrice Bergeron.

«C'est un gros honneur de jouer avec tous ces gars-là, tu regardes à travers le vestiaire, ce sont les meilleurs parmi les meilleurs. Je regarde les matches à la télévision chaque soir et j'admire les choses qu'ils peuvent faire avec la rondelle, à quel point ils sont habiles et dominants sur la glace. Quand tu joues avec eux, que tu pratiques avec eux, tu vois toutes les petites choses qu'ils font pour être si bons. J'apprends beaucoup en voyant comment ils se comportent sur la glace et en dehors, je pense que je vais être un meilleur pro après cette expérience», note-t-il.

Son ancien coéquipier à Boston, Tyler Seguin, pense que Marchand va être un joueur fort utile à Équipe Canada. «Il n'y a pas beaucoup de joueurs comme Brad Marchand. Il est très bon à ce qu'il fait. Il peut produire tout en vous jouant dans la tête. Je ne l'affronte que deux fois par année maintenant et c'est toujours une bonne compétition, il a toujours quelque chose à dire. Mais il n'a jamais été un rat avec moi en tout cas», a dit l'attaquant des Stars de Dallas.

Carey Price a bien résumé la pensée de la plupart des joueurs canadiens en notant «que Brad Marchand est définitivement un de ces gars que tu préfères avoir dans ton équipe plutôt que d'avoir à l'affronter».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer