Une histoire qui finit bien

Le premier choix des Olympiques de Gatineau en... (Bruce Bennett, Associated Press)

Agrandir

Le premier choix des Olympiques de Gatineau en 2014, Pascal Laberge, a surmonté bien des épreuves avant de se rendre au repêchage de la LNH.

Bruce Bennett, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

L'histoire de Pascal Laberge se termine bien. Samedi matin, au First Niagara Center, le jeune attaquant a enfilé un chandail orangé. Les Flyers de Philadelphie l'ont sélectionné au tout début de la deuxième ronde du repêchage amateur de la LNH. Vraiment, c'était une belle façon de conclure une année particulièrement éprouvante pour lui.

Un bref rappel. Ancien choix de premier tour (2e au total) par les Olympiques de Gatineau en 2014, Laberge est expédié à Victoriaville avant que la saison 2014-15 ne se termine.

En 58 matches avec ces deux équipes, en tant que recrue, il avait tout de même trouvé le moyen d'amasser 31 points. Les attentes étaient donc élevées à l'aube de la saison dernière.

Mais voilà, Laberge n'est pas là. Il ne produit pas au rythme attendu. Il se passe quelque chose. Tranquillement, les informations commencent à filtrer. Laberge et sa famille vivent des moments difficiles.

Sa belle-mère a perdu son combat de deux mois contre le cancer, en septembre. À peu près lors de la même période, son père a fait savoir qu'il était atteint d'un cancer de la prostate. Ça ne va plus. C'est trop. Les émotions bouleversent.

Classé au 28e rang par la centrale de recrutement de la LNH, Laberge a dû attendre à samedi matin avant d'entendre son nom finalement retentir. « Vendredi fut une journée émouvante, avec beaucoup de stress, je suis heureux d'être sorti tôt samedi », a-t-il indiqué d'entrée de jeu.

S'il a connu des montagnes russes émotives en début de saison, les choses se sont replacées, graduellement.

Son père s'est fait retirer la prostate et il est en rémission. L'esprit un peu plus tranquille, Laberge s'est d'abord démarqué lors du match des futures étoiles BMO de la Ligue canadienne de hockey (LCH) en inscrivant deux buts et une passe.

Le hockey, sa passion, lui a permis de surmonter les obstacles placés sur sa route.

« Je n'ai même jamais pensé arrêter le hockey. C'est vraiment ma passion et c'est ce que je veux faire dans la vie. Mon entraîneur Bruce Richardson m'a dit, en novembre, si tu joues bien, ta famille va se sentir mieux. Ce fut le déclic que j'attendais », a-t-il indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer