Trophée Norris: Doughty coiffe Karlsson

Drew Doughty a devancé Erik Karlsson avec 93... (Associated Press)

Agrandir

Drew Doughty a devancé Erik Karlsson avec 93 votes de première place contre 46 dans la course pour le trophée Norris.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a produit à un rythme d'un point par match. Il a donc été le défenseur le plus productif de la LNH cette saison.

Erik Karlsson ne peut cependant pas se targuer d'avoir été le meilleur à cette position. Cette distinction revient à Drew Doughty.

Le général des Kings de Los Angeles quittera Las Vegas avec le trophée Norris dans ses valises.

Les membres l'Association des chroniqueurs de hockey d'Amérique ont jugé que Doughty avait été supérieur à Karlsson, cette saison.

On anticipait un scrutin serré. Il n'a pas été si serré que ça, finalement.

Doughty a reçu 93 votes de première position, contre 46 pour Karlsson.

« En ce qui me concerne, t'es le meilleur, Erik. Tu n'auras qu'à marquer 100 points la saison prochaine », a ironisé le partenaire et grand ami de Karlsson, Marc Méthot, lorsqu'il s'est branché sur Twitter en milieu de soirée, mercredi soir.

Au moment où Méthot gazouillait, Doughty grimpait sur l'estrade du Casino Hard Rock. Il avait du mal à contenir ses émotions.

Karlsson a déjà remporté le Norris à deux occasions.

Même s'il a remporté la coupe Stanley et la médaille d'or olympique, Doughty n'avait jamais été reconnu pour ses exploits individuels.

« Tout allait bien pour moi... Jusqu'au moment où je me suis mis à chercher mes parents du regard dans la salle. J'ai vu ma mère qui pleurait à chaudes larmes. C'est venu me chercher un peu », s'est défendu le défenseur ontarien.

« Quand j'étais petit, mon père était celui qui m'encourageait. Après mes matches, quand il me disait que j'avais des choses sur lesquelles travailler, il s'empressait de spécifier que je travaillais bien. Ma mère était bien plus dure. C'est clairement elle qui me poussait à me surmonter. Elle n'hésitait pas à me rappeler que je gaspillais son argent quand elle trouvait que je ne travaillais pas assez fort. »

« Au fond, j'ai toujours su qu'elle était très fière de moi. »

Doughty le voulait, ce Norris. Lors de sa seule visite à Ottawa, l'hiver dernier, il avait même confié à quelques journalistes qu'il le méritait davantage que d'autres. Parce qu'il est un joueur plus polyvalent.

« Au fond, cette saison, je suis devenu un joueur plus complet, argue-t-il. Dans mes premières années, je produisais à un rythme intéressant, mais j'avais de grosses lacunes en défensive. Je me suis mis à travailler très fort pour devenir plus efficace dans mon propre territoire. Par la force des choses, je me suis mis à négliger l'attaque. Cette année, j'ai réussi à trouver un juste milieu. »

Première équipe d'étoiles

Karlsson n'a quand même pas tout perdu. En toute fin de soirée, il a su qu'il faisait partie de la première équipe d'étoiles de la LNH. Il s'y trouve en excellente compagnie, avec Doughty, Braden Holtby, Sidney Crosby, Jamie Benn et Patrick Kane.

Kane fut le grand gagnant de la soirée. Il a mis la main sur les deux trophées les plus prestigieux soit le Hart et le Ted-Lindsay.

Holtby (Vézina), Anze Kopitar (Lady-Byng et Frank-Selke), Artemi Panarin (Calder), Barry Trotz (Jack-Adams) et Jaromir Jagr (Masterton) ont remporté les autres prix majeurs.

Dorion prend des notes

Le nouveau directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, était présent lors de la rencontre des gouverneurs de la LNH. Ça lui a permis de se familiariser avec les règles qui seront en vigueur lors du prochain repêchage d'expansion.

En gros, Dorion devra soumettre à la LNH sa liste de joueurs protégés avant 17 h, le samedi 17 juin 2017. Le directeur général du club de Vegas disposera alors de trois jours pour sélectionner un joueur de chaque formation.


Une équipe à baptiser

On a longtemps cru que la nouvelle équipe de Las Vegas avait déjà été baptisée. 

Son propriétaire, Bill Foley, n'a jamais cherché à cacher son affection pour le nom « Black Knights ».

« Je continue de beaucoup aimer ce nom. J'ai toujours soutenu les militaires de notre pays. Je me demande toutefois si c'est un nom approprié pour une équipe de hockey en ce moment », a laissé entendre le richissime homme d'affaires, mercredi.


Surprise gatinoise

Exception faite d'Erik Karlsson, il n'a pas été trop souvent question des Sénateurs lors du gala de fin de saison de la LNH, mercredi soir.

Toutefois, sans trop faire de bruit, Mark Stone et Jean-Gabriel Pageau ont réussi à se faufiler au scrutin du trophée Frank-Selke, qui est remis à l'attaquant à caractère défensif par excellence. Le Gatinois a obtenu un vote de première position, deux votes de troisième position, un vote de quatrième position et deux votes de cinquième position.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer