Un échange risqué pour les Sabres

Au repêchage de l'an passé à Fort Lauderdale, les Sénateurs expédiaient leur... (ETIENNE RANGER, Archives LeDroit)

Agrandir

ETIENNE RANGER, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au repêchage de l'an passé à Fort Lauderdale, les Sénateurs expédiaient leur ancien gardien d'avenir Robin Lehner aux Sabres avec David Legwand contre un premier choix utilisé pour sélectionner Colin White.

Dans cette première - et dernière - transaction entre l'oncle Bryan Murray et son neveu Tim, ce dernier a pris une certaine chance parce qu'à ce moment, le gardien suédois n'était toujours pas complètement remis de la sévère commotion cérébrale subie lors d'une collision avec son coéquipier du temps, Clarke MacArthur, en février 2015.

Retour en enfer

Dans le cadre d'une série sur les commotions publiée cette semaine par le Buffalo News, Lehner est revenu sur l'enfer qu'il a vécu.

« Ce furent les pires moments de ma vie, a-t-il dit. J'ai eu des migraines pas seulement pour un jour, mais pendant des mois. Je suis resté couché dans ma chambre pendant probablement un mois et demi. La commotion avait changé bien des choses dans ma tête. J'avais de la difficulté à me lever le matin. Je ne trouvais aucune énergie pour vivre ma vie. Il y avait tellement de symptômes différents. »

Lehner, qui a vu une blessure à une cheville subie lors du premier match de la saison contre les Sénateurs dérailler sa dernière saison, a raconté comment il a commencé à mieux se sentir pendant la saison estivale. « Mais j'ai recommencé à sentir les symptômes à nouveau quand j'ai commencé à m'entraîner. Les commotions, il ne faut pas niaiser avec ça, c'est un problème sérieux », a-t-il souligné.

Celui-ci sympathise avec le groupe d'une centaine d'anciens joueurs qui ont intenté une poursuite contre la LNH, affirmant qu'elle a fait preuve de négligence dans ses soins et qu'elle leur a caché les risques à long terme des blessures à la tête.

« Je ne peux imaginer ce qu'ils doivent traverser et je me sens mal pour eux. C'est certainement quelque chose que je ne veux plus revivre après ma carrière parce que ça peut mener à toutes sortes de choses : la dépression, l'abus de drogues, l'alcoolisme. Parce qu'en fin de compte, vous essayez de vous évader de la réalité de maux de tête constants. Les commotions sont tellement dures. Il faut plus de recherche là-dessus. Je ne veux pas avoir ce problème quand je vais prendre ma retraite », lance le cerbère de 24 ans.

Au moins, Lehner peut se consoler avec le fait qu'il n'a pas éprouvé d'autres problèmes avec son cerveau au cours de la dernière saison. En ce sens, il a été plus chanceux que MacArthur, l'autre « commotionné » de cette collision malencontreuse qui avait vu Jay McClement, des Hurricanes de la Caroline, marquer un but sur la séquence.

L'attaquant des Sénateurs a fait une rechute au camp d'entraînement et il est ensuite revenu au jeu trop vite pour amorcer la saison, disputant seulement quatre parties avant d'être mis au rancart pour le reste de la saison.

« Il est rétabli à 100 %. Il l'était en fin de saison, les médecins lui avaient donné le feu vert et il aurait joué si on avait eu des chances de participer aux séries. Comme ce n'était pas le cas, on a décidé de ne pas prendre de chance », a rappelé le DG Pierre Dorion à son sujet plus tôt cette semaine.

MacArthur habite à Rochester, à une heure de route de Buffalo, et le nouvel entraîneur-chef Guy Boucher entend profiter de sa fin de semaine dans le coin pour rencontrer ce leader qui a beaucoup manqué aux Sénateurs la saison dernière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer