Robitaille reviendra «rendre hommage» à Pat Burns

L'ancienne vedette des Olympiques de Gatineau et aujourd'hui... (Archives AP)

Agrandir

L'ancienne vedette des Olympiques de Gatineau et aujourd'hui président des opérations affaires des Kings de Los Angeles, Luc Robitaille, entretenait une relation privilégiée avec Pat Burns, décédé il y a plus de cinq ans.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Luc Robitaille habite à Los Angeles depuis plusieurs années, mais son nom est encore magique à Gatineau, là où il a joué son hockey junior.

L'ancienne vedette des Olympiques a accepté la présidence d'honneur de la deuxième édition du tournoi de golf de la Fondation Pat-Burns et deux mois avant sa tenue, le 12 août prochain, celui-ci affiche déjà complet.

Les 216 places pour passer la journée auprès de «Lucky Luc» et les autres personnalités qui ont confirmé leurs présences - les Claude Julien, Maxime Talbot, Jean-Gabriel Pageau, Derick Brassard et Stéphane Matteau, notamment - sont déjà toutes réservées, ce qui devrait permettre à l'événement de renflouer encore plus les coffres de la Fondation qui remet des bourses à des entraîneurs méritants, tous sports confondus, en plus d'appuyer financièrement de jeunes athlètes qui en ont besoin.

Une somme de 39 000$ avait été amassée lors de la première édition, et les organisateurs espèrent être en mesure de faire encore mieux cette année alors que l'encan silencieux qui sera tenu lors du banquet sera ouvert au public en général, pas seulement aux golfeurs présents.

«J'ai tout de suite accepté lorsque l'on m'a proposé la présidence d'honneur de ce tournoi. Pat m'a beaucoup apporté, autant dans ma vie professionnelle que personnelle. Ce sera donc une belle opportunité pour moi de rendre hommage et de remercier ce grand entraîneur qui a fait rayonner le monde du hockey de façon extraordinaire», a dit Robitaille dans un message vidéo envoyé aux dirigeants du tournoi et présenté en point de presse jeudi au Tecumseh.

Maintenant président des opérations affaires des Kings de Los Angeles, Robitaille a joué ses trois saisons avec les Olympiques sous les ordres de feu Pat Burns, une première alors qu'il était adjoint à Michel Morin et les deux dernières quand il s'est vu confier le poste d'entraîneur-chef. Ensemble, ils ont remporté la coupe du Président en 1986 lors de la dernière saison junior de Robitaille, auteur de 68 buts et 191 points cette saison-là.

Relation spéciale

Les deux hommes ont été intronisés au Temple de la renommée de la LHJMQ en même temps. 

«C'était une relation spéciale entre ces deux-là, c'était plus que le coach avec le joueur. Ils sont devenus des amis, ils se jasaient régulièrement. Ils ont eu la chance de travailler ensemble avec Équipe Canada plus tard... Mon père l'appelait Jean-Luc», s'est rappelé le président de la Fondation Pat-Burns, son fils Jason, lors de la conférence de presse tenue lors du jour de l'anniversaire de la conquête de la coupe Stanley des Devils du New Jersey en 2003, la seule remportée par l'entraîneur gatinois.

Jason Burns est heureux de voir qu'après un lent départ, lors des premières années suivant le décès de son père en 2010, la Fondation remplit maintenant bien son rôle et a les reins de plus en plus solides.

«C'est certain qu'avoir de gros noms au tournoi aide à attirer plus de golfeurs et à amasser plus d'argent pour la fondation», dit-il.

Il n'y a qu'une seule ombre au tableau en ce qui concerne la fondation: une somme de 25 000$ promise par la Ville de Gatineau sous l'administration de l'ancien maire Marc Bureau pour lancer celle-ci et assurer sa pérennité n'a pas encore été versée au complet.

«On n'a pas tout reçu encore, ça a été plus compliqué. L'argent ne nous a pas été refusé, mais on ne l'a pas toute encore, il manque 5000$ sauf erreur, et c'était 10 000$ jusqu'à tout récemment. C'est un montant considérable. On travaille là-dessus. C'est sur que l'inactivité pendant deux-trois ans n'a pas aidé, mais maintenant que nous sommes relancés, je ne vois pas pourquoi ils ne tiendraient pas leur promesse... Je répète qu'on n'a pas été refusé, c'est juste que ça traîne un peu», a indiqué Burns.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer