Grant Clitsome contraint à la retraite

Alex Burmistrov (8) et Grant Clitsome (24)... (Olivier Jean, Archives La Presse)

Agrandir

Alex Burmistrov (8) et Grant Clitsome (24)

Olivier Jean, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un peu comme Chris Phillips, mais bien plus tôt dans sa carrière que l'arrière des Sénateurs, Grant Clitsome a été forcé d'annoncer qu'il accrochait ses patins en raison de maux de dos qui ne se sont pas résorbés totalement après une opération.

Sans tambour ni trompette, le défenseur franco-ontarien des Jets de Winnipeg a annoncé sa décision mercredi par l'entremise du site des Jets, lui qui n'a que 31 ans.

Cet ancien choix de neuvième ronde au repêchage de 2004 (ronde qui n'existe plus) aura joué un total de 205 parties dans la Ligue nationale de hockey, récoltant 15 buts, 56 passes et 98 minutes de punition avec les Jets et les Blue Jackets de Columbus, le club qui l'avait sélectionné alors qu'il jouait pour les Raiders de Nepean, dans la Ligue centrale, avant de passer quatre saisons à l'Université Clarkson.

«Ce n'est pas facile de prendre cette décision, mais je n'ai pas trop le choix», a confié le hockeyeur originaire de Gloucester au Droit quelques heures après l'annonce de la nouvelle.

«Je prends du mieux dans la vie de tous les jours et je devrais pouvoir tout ce que je veux faire à l'avenir, mais je ne suis pas près d'être en forme pour jouer au hockey dans la LNH. Et les médecins me disent que si je revenais, je courrais un grand risque de subir une autre blessure encore plus grave. C'est dommage qu'une blessure mette fin à ma carrière sans que j'aie le contrôle là-dessus, mais je me réjouis en me disant que j'ai réussi à réaliser mon rêve d'enfance de jouer dans la LNH, pour lequel j'ai travaillé depuis l'âge de trois ans.»

Famille et santé, les priorités

Clitsome avait subi une deuxième opération au dos pour tenter de résoudre un problème de nerfs en janvier 2015 et il a raté toute la dernière campagne, écoulant la dernière année d'un contrat de trois ans pour 6,2 millions $ avec les Jets.

«Quand je pousse trop fort à l'entraînement, je ressens encore des engourdissements dans mon pied, donc je dois faire attention à ça. C'est certain que le hockey va me manquer et j'espère que dans une couple d'années, je vais être capable de jouer juste pour le plaisir, et d'aller sur la glace avec mon fils (Noah, qui aura un an cet été). C'est ça la priorité, d'être en santé pour passer du temps avec ma famille», ajoute Clitsome.

Boudé au repêchage de la Ligue de hockey de l'Ontario, l'arrière de 1,80 m (5' 11") et 95 kg (210 livres) avait été approché par les Olympiques de Gatineau et leur grand manitou du temps, Charles Henry, alors qu'il jouait pour les Raiders. Il avait finalement refusé leurs avances pour aller jouer son hockey universitaire, une décision qui lui permet maintenant d'avoir un «plan B» pour son après-carrière de hockeyeur, lui qui a en poche un diplôme en administration des affaires avec des mineures en droit et en sciences politiques de Clarkson.

«Je me sens un peu comme un jeune qui sort de l'école secondaire et doit choisir ce qu'il veut faire dans la vie, quoi étudier à l'université. C'est bon d'avoir mon diplôme en poche parce que ça me donne des options. Je ne suis pas du genre à rester chez nous à rien faire, je dois me tenir occupé», souligne cet ancien coéquipier de Marc Méthot et Derick Brassard à Columbus.

Parmi ses plans d'avenir, il y a la possibilité de tenter de relancer une compagnie (Decanted Media) lui appartenant avec un ami, qui avait pour objectif de lancer un site internet incitant les jeunes à voter en plus grand nombre.

Avec son beau-père qui a un verger sur l'île d'Orléans, près de Québec, il étudie aussi la possibilité de se lancer dans la production et la vente de cidre de pommes.

Son meilleur souvenir dans la LNH est ce soir du 27 mars 2010 où il a compté son premier but, contre Dwayne Roloson, alors des Islanders de New York, devant ses grands-parents. Un souvenir qu'il chérit d'autant plus que son grand-père est récemment décédé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer