Les Flames limogent Bob Hartley

Les Flames de Calgary ont remercié leur entraîneur-chef Bob... (Gene J. Puskar, Archives AP)

Agrandir

Les Flames de Calgary ont remercié leur entraîneur-chef Bob Hartley, originaire de Hawkesbury. Il avait été le récipiendaire du trophée Jack-Adams pas plus tard que l'an dernier.

Gene J. Puskar, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La valse des entraîneurs s'est poursuivie mardi dans la LNH et Bob Hartley est le dernier à être entré dans la danse.

Les Flames de Calgary ont remercié de ses services l'entraîneur-chef originaire de Hawkesbury, récipiendaire du trophée Jack-Adams d'entraîneur par excellence pas plus tard que l'an dernier. Un de ses adjoints, Jacques Cloutier, a également écopé; l'autre, Martin Gélinas, un ancien des Olympiques de Hull, a été épargné.

«Bob a amené cette équipe aussi loin que je pense qu'il peut le faire. Chaque entraîneur a son propre style, sa façon de faire les choses. Bob est capable de soutirer beaucoup des joueurs, mais je trouvais que pour que nous allions de l'avant, il était critique et important pour nous de prendre cette décision», a déclaré le directeur général des Flames Brad Treliving en conférence de presse.

Candidats potentiels

L'ancien champion de la Coupe Stanley avec l'Avalanche du Colorado en 2001, qui a aussi dirigé les Thrashers d'Atlanta, devient très certainement un candidat au poste vacant chez les Sénateurs d'Ottawa, qui sont à la recherche d'un pilote d'expérience.

Il reste à savoir si le Franco-Ontarien a des atomes crochus avec le nouveau directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion. Les deux hommes de hockey sont tous deux issus de la Ligue centrale junior A. Comme Ottawa, les Flames ont éprouvé des problèmes en défensive et avec leurs unités spéciales la saison dernière, cependant.

Dorion a avoué en fin de semaine dernière qu'il a déjà tenu quelques entrevues avec des candidats - Bob McKenzie, de TSN, rapportait que Mike Yeo, Marc Crawford, Guy Boucher, Kevin Dineen, Randy Carlisle et Benoît Groulx (possiblement pour Binghamton dans ce dernier cas) lui ont parlé - alors que la rumeur courait mardi qu'il venait d'obtenir la permission de parler à Bruce Boudreau, congédié vendredi dernier par les Ducks d'Anaheim.

Ce dernier est apparemment très convoité puisque le dg du Wild du Minnesota, Cliff Fletcher, était en Californie mardi pour le rencontrer, selon l'autre insider de TSN, Darren Dreger.

Les Flames risquent également d'être intéressés, même si Treliving a déclaré que sa décision n'a pas été prise en fonction de la disponibilité de Boudreau. «La décision d'aujourd'hui n'a pas été prise en ayant quelqu'un dans le cercle d'attente. La décision d'aujourd'hui n'est pas reliée à "est-ce qu'il y a une plus belle fille à la danse?" [...] Je ne connais pas Bruce, nous allons faire une recherche exhaustive», a-t-il dit.

Boudreau, lui, a commenté son congédiement pour la première fois dans les pages du Orange County Register mardi, mentionnant qu'il s'attendait à être congédié après la défaite en première ronde contre Nashville.

«Je me suis toujours douté que quelque chose arriverait si on ne gagnait pas la coupe... J'ai laissé savoir à certaines personnes que j'ai apprécié travailler avec eux avant que ça arrive, comme je pensais que ça arriverait. Bien franchement, je suis content que Bob (Murray, dg des Ducks) l'ait fait quand il l'a fait, il n'a pas attendu trop longtemps. Je pense que c'est une marque de classe. Ce n'était pas inattendu. On s'attendait à beaucoup de notre équipe et je m'attendais à beaucoup de moi. Et on ne s'est pas rendu où on voulait être», a dit Boudreau, qui a une fille d'âge adulte habitant à Ottawa.

Club reconstruit

Pour en revenir à Hartley, il a présenté une fiche de 134-135-25 en quatre saisons à la barre des Flames, qui l'ont embauché après une saison passée à Zurich, en Suisse. Il a mené un club en reconstruction jusqu'aux séries éliminatoires l'an dernier et Calgary a même accédé au deuxième tour. Mais les Flames sont revenus sur terre cette saison, en grande partie en raison de problèmes devant le filet.

Hartley a indiqué au Droit qu'il ne donnerait pas d'entrevue «tout de suite»

Âgé de 55 ans, il avait été un des trois finalistes pour le poste chez les Sénateurs à l'été 2008, mais le directeur général d'allors, Bryan Murray, avait opté pour Craig Hartsburg plutôt que Hartley - un choix qu'il a souvent admis avoir regretté.

Hartsburg n'a pas fait long feu derrière le banc des Sénateurs, avec seulement 48 parties et une fiche de 17-24-7.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer