Julien reste derrière le banc de Boston

Les Bruins de Boston ont décidé de garder... (Archives AP)

Agrandir

Les Bruins de Boston ont décidé de garder leur entraîneur-chef Claude Julien.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au même moment où Dave Cameron tenait son dernier point de presse à Ottawa, le candidat numéro un à sa succession s'est désisté de la course avant même qu'elle ne commence.

En fait, ce sont les Bruins de Boston qui ont décidé de garder leur entraîneur Claude Julien, que plusieurs - incluant possiblement son ami Pierre Dorion, nouveau dg des Sénateurs - auraient aimé rapatrier dans son patelin d'Ottawa.

Cinq jours après l'élimination du club au dernier jour de la saison régulière, causée par un revers de 6-1 aux mains des Sénateurs samedi dernier, le directeur général Don Sweeney est sorti de son mutisme pour dire que Julien serait «absolument» de retour à sa barre pour une 10e saison.

«Je crois fermement que Claude est l'entraîneur qui peut nous aider à traverser ce que je décris comme une période de transition houleuse cette année. Nous avons du travail à faire. J'ai du travail à faire», a dit Sweeney.

Julien est sous contrat pour deux autres saisons à Boston, à un salaire de 2,75 millions $ par saison, mais il a laissé entendre qu'il aurait pu partir s'il l'avait souhaité.

«Je me suis évalué personnellement, je me suis demandé si j'avais encore l'oreille du vestiaire. Tout ce que tu te demandes après neuf ans. Après mon évaluation avec Don (Sweeney) dimanche matin, ce qui est ressorti est que je veux être ici, je veux ramener ce club où il était et je sais qu'il va y avoir des obstacles en chemin. Honnêtement, est-ce qu'il aurait été plus facile pour moi d'aller ailleurs et obtenir un nouveau départ? Ce n'est pas ce que je veux. Cette organisation a été bonne et loyale pour moi», a dit Julien.

«Je ne veux pas être le gars qui quitte le navire parce qu'il y a soudainement trop de vagues. Je veux être le gars qui persévère. C'est bien d'être reconnu comme l'entraîneur qui a le plus de victoires de l'histoire des Bruins, mais j'aimerais qu'on se souvienne de moi comme du gars qui a eu assez de caractère pour retourner dans les tranchées et aider à ramener cette organisation dans la bonne direction», a-t-il ajouté.

Crawford intéressé

Alors que Julien est maintenant biffé de la liste que Dorion est en train de dresser, il y a déjà un entraîneur qui a indiqué publiquement avoir de l'intérêt pour le poste d'entraîneur-chef des Sénateurs: Marc Crawford.

Il y a 20 ans cette année, il gagnait la Coupe Stanley avec l'Avalanche du Colorado.

Celui qui a aussi été entraîneur-chef à Québec, Vancouver, Los Angeles et Dallas était à la barre du club suisse de Zurich cette saison. L'espoir numéro un du prochain repêchage, Auston Matthews, évoluait sous ses ordres.

«Je ne le cache pas, je ne fais pas campagne pour l'emploi aujourd'hui, mais j'essaie de revenir dans la LNH. Je suis allé en Suisse pour tenter d'améliorer mes habiletés comme entraîneur et je pense que c'est ce que j'ai fait... Je suis entré en contact (avec Ottawa) et s'il y a de l'intérêt de leur part, je vais poursuivre le processus avec toute la vigueur possible», a dit Crawford, ancien des Royals de Cornwall, en entrevue avec TSN 1200 jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer