Le retour de Gryba relégué au second plan

La visite de Connor McDavid dans la capitale... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La visite de Connor McDavid dans la capitale a fait de l'ombre au retour de Eric Gryba.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Eric Gryba a l'habitude d'être un joueur qui reste dans l'ombre.

C'est ce qu'il a été pendant ses trois saisons avec les Sénateurs, sauf peut-être quand il a été suspendu lors des séries de 2013 pour une mise en échec à l'endroit de Lars Eller, du Canadien, ce qui avait causé une controverse mémorable.

Il ne fallait donc pas se surprendre que son retour dans la capitale soit relégué au second plan par la visite de Connor McDavid.

Gryba a quand même été entouré par plusieurs journalistes locaux dans son casier du vestiaire des visiteurs après l'exercice matinal, ce qui a fait dire à un de ses coéquipiers qui observait la scène: «Connor Who?»

L'arrière à caractère défensif a d'ailleurs blagué qu'il en voulait un peu au premier choix du dernier repêchage pour son éclatant retour de mardi contre Columbus, où il a marqué un but spectaculaire en plus de récolter deux passes. Cela a eu pour effet de reléguer aux oubliettes le but qu'il a compté, mettant fin à une disette de 138 parties sans but qui remontait au 8 mars 2014 lors d'un match des Sénateurs à Winnipeg.

«Je lui ai dit que ce n'était pas juste, je ne marque pas pendant plus de 130 matches, alors que lui, il revient et récolte trois points à son premier match. C'est un peu égoïste de sa part, mais j'imagine que je vais lui donner un laissez-passer pour cet affront», a-t-il lancé en riant.

Échangé aux Oilers au dernier repêchage contre un choix de quatrième ronde et l'espoir Travis Ewanyk, Gryba estime que la transaction a été une bonne chose pour lui, d'autant plus qu'il est originaire de l'ouest canadien (Saskatoon, en Saskatchewan).

«L'organisation est bonne, j'ai de bons coéquipiers, un excellent personnel d'entraîneurs, la transition a été facile. Maintenant, je veux revenir et prouver qu'il aurait valu la peine de me garder. Je joue avec ardeur lors de chaque match, mais celui-là va être spécial», a-t-il dit quelques heures avant d'affronter son ancien club. 

Son nouveau patron, Todd McLellan, est très satisfait de l'arrière-garde de 6' 4'' et 230 livres qui a aussi quatre passes à sa fiche, avec un différentiel de 0.

«Il a été très bon pour nous. La personne dans le vestiaire est fantastique, tout le monde qui l'a connu à Ottawa comprendrait ça. Quand il met les patins, l'aspect physique qu'il apporte, ses habiletés en défensive et en désavantage numérique nous aident beaucoup. Et là, il se met à compter des buts. Les gens ont oublié son but de l'autre soir parce qu'ils trouvaient que le but de Connor méritait qu'on en parle plus. On se compte chanceux de l'avoir», a indiqué McLellan en matinée.

Un mot sur les deux joueurs acquis par les Sénateurs contre le numéro 62 l'été dernier: Ewanyk, un centre repêché en troisième ronde par Edmonton en 2011, a deux buts et cinq points en 35 matches à Binghamton cette saison, tandis que le défenseur Christian Wolanin, sélectionné avec le choix de quatrième ronde obtenu dans l'échange, a trois buts et 11 points en 28 parties à sa première saison avec l'Université du Dakota.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer