Guerre de mots entre ex-entraîneurs des Olympiques

Alain Vigneault a répondu à son homologue des... (Joel Auerbach, Associated Press)

Agrandir

Alain Vigneault a répondu à son homologue des Bruins de Boston, Claude Julien, et s'est porté à la défense de son gardien de but étoile, samedi.

Joel Auerbach, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis P. Gorman
Associated Press
New York

L'entraîneur-chef des Rangers Alain Vigneault a critiqué son collègue des Bruins Claude Julien pour avoir émis des commentaires désobligeants à propos du gardien new-yorkais Henrik Lundqvist après la victoire de 4-3 des Bostoniens.

Vigneault a répondu aux reproches de Julien avant la rencontre des Rangers contre les Flyers de Philadelphie, samedi.

L'attaquant des Bruins Brad Marchand a été puni pour obstruction sur le gardien de but à 7:59 de la troisième période du match de vendredi après-midi. Après la rencontre, Julien a déclaré que Lundqvist avait exagéré sa réaction à la suite du contact entre les deux joueurs pour obtenir une pénalité.

«Ça me déçoit un peu», a confié Vigneault après avoir entendu les commentaires de Julien à la suite du match de vendredi.

«Tout le monde a vu le coup de genou à la tête (de Henrik). Les commentaires formulés contre lui étaient très désobligeants. On n'a qu'à regarder comment (Henrik) se conduit sur la patinoire, à l'extérieur de celle-ci, dans la société, l'exemple qu'il donne. Qui préféreriez-vous avoir comme fils, Henrik (Lundqvist) ou Brad Marchand?

«Qu'il dise des choses comme ça envers (Lundqvist), c'est triste et peut-être que Claude commence à se faire vieux et qu'il a besoin de lunettes», a ajouté Vigneault.

Vigneault s'est également dit déçu que ni les arbitres sur la patinoire, ni le département de la sécurité des joueurs de la LNH n'ait décidé de punir l'ailier gauche des Bruins Matt Beleskey pour sa mise en échec aux dépens de Derek Stepan au centre de la patinoire, entraînant de multiples fractures aux côtes.

Vigneault a confié que Stepan avait rencontré un médecin samedi.

«Était-ce une mise en échec tardive? Selon moi, ça l'était», a poursuivi Vigneault.

«Devrions-nous à l'avenir aider (Stepan) à mieux se protéger? C'est ce qu'on tentera de faire. C'est la deuxième fois que ça se produit», a-t-il rappelé.

«Puisque la ligue est muette quant au mauvais jugement des arbitres sur la patinoire et qu'elle n'impose pas de mesure disciplinaire, ça veut dire qu'un message a été envoyé aux joueurs», a-t-il mentionné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer